/news/currentevents
Navigation

Condamné à verser 2000$ à son voisin trop bruyant

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais qui poursuivait son voisin et qui était le seul de l’immeuble à le juger trop bruyant a récemment été condamné à lui verser 2000 $ pour le dédommager de son acharnement et de son intransigeance.

Deux mises en demeure, des échanges répétés de textos et de courriels et une poursuite exigeant un dédommagement de 15 000 $ pour des bruits de pas, des discussions et des objets qui tombent sur le sol : c’est une partie des démarches de Mario Bourassa contre son voisin d’en haut, Nithin Robinson.

La problématique a commencé en 2015 dans un immeuble de copropriété de l’arrondissement de Saint-Laurent lorsque M. Bourassa y a acheté son condo.

M. Robinson vivait à cet endroit depuis 2013 avant de louer sa propriété pour échapper à la tension qu’il y avait avec son voisin.

Précisant qu’il n’a jamais eu un voisin aussi bruyant, M. Bourassa a soutenu avoir développé certains symptômes de dépression après avoir été privé de sa qualité de vie et de sa quiétude.

Seul à entendre

Selon le jugement de la division des petites créances émis par le juge Vincenzo Piazza, M. Bourassa s’est aussi plaint régulièrement de bruits qui ne provenaient pas du condo du haut, en refusant de croire que M. Robinson n’en était pas responsable.

Un administrateur du syndicat des copropriétaires a témoigné que mis à part M. Bourassa, personne ne s’est jamais plaint de bruits provenant de chez M. Robinson et qu’il n’a jamais eu connaissance de fêtes ou d’attroupements à cet endroit.

M. Bourassa s’est aussi plaint que son voisin l’avait avisé qu’une fête pour l’anniversaire de son frère aurait lieu chez lui et qu’il pourrait y avoir du bruit.

Il n’a pas aimé non plus que M. Robinson lui demande quand il prévoyait être absent, afin d’organiser à ces moments ses rassemblements entre amis.

Harcèlement

« Non seulement attribue-t-il à monsieur Robinson des bruits qui ne proviennent même pas de chez lui, mais M. Bourassa refuse catégoriquement de participer à la recherche de solutions ? Qui plus est, quand M. Robinson lui propose des pistes de compromis, M. Bourassa en prend offense », peut-on lire dans le jugement rendu le 3 mai dernier.

« L’intransigeance et l’acharnement dont M. Bourassa a fait preuve envers M. Robinson confinent au harcèlement », peut-on lire dans la décision.

Le juge rappelle que dans un contexte urbain, l’obligation de bonne foi et de tolérance envers ses voisins n’a pas la même intensité qu’à la campagne et que M. Bourassa semblait avoir des attentes équivalentes à celle d’une maison unifamiliale isolée.