/weekend
Navigation

Photos souvenirs: Yvon Deschamps

Yvon Deschamps
Photo d'archives, Ben Pelosse Yvon Deschamps

Coup d'oeil sur cet article

Yvon le chanteur

Yvon Deschamps
Photo d'archives, Normand Jolicoeur

À une autre époque, avec la belle Renée Claude. Tout jeune, Yvon Deschamps avait déniché un premier emploi de discothécaire à Radio-Canada, pour ensuite devenir le batteur et accordéoniste de Claude Léveillée, avant de poursuivre sa carrière dans la chanson comme auteur-compositeur-interprète. Lui et la chanteuse se croiseront donc souvent sur la route des succès musicaux.

Devant Duplessis

Yvon Deschamps
Photo d'archives, Camil Lesieur

L’humoriste qui avait écrit le monologue Les unions, quossa donne ? en 1969, posait fièrement – ou ironiquement – ­devant la statue du controversé Maurice Duplessis, finalement inaugurée à Québec par le gouvernement de René Lévesque en 1977. L’œuvre d’Émile Brunet était restée en entrepôt durant seize ans avant d’être dépoussiérée. Le célèbre premier ministre nationaliste Duplessis s’opposait vivement aux syndicats.

Parmi les cinq

Yvon Deschamps
Photo d'archives

Une fois cinq, un spectacle mémorable à l’occasion de la fête nationale à l’été 1976, il y a 43 ans. Entouré de Claude Léveillée, Jean-Pierre Ferland, Gilles Vigneault et Robert Charlebois, Yvon Deschamps avait chanté ses succès Aimons-nous et Les fesses. Il avait alors déjà lancé une dizaine d’albums. C’était une décennie après l’Osstidcho qu’il avait cocréé au Théâtre de Quat’Sous avec Charlebois et Louise Forestier.

Formation d’acteur

Yvon Deschamps
Photo d'archives

On oublie parfois qu’Yvon Deschamps a une formation théâtrale et qu’il a défendu plusieurs rôles sur les planches, notamment avec La Roulotte de Paul Buissonneau, ainsi que dans une dizaine de longs métrages, dont la comédie Tiens-toi bien après les oreilles à papa, de Jean Bissonnette, un gros succès commercial de 1971, avec Dominique Michel (photo). Le film racontait les aventures de deux nationalistes plongés dans un univers anglophone.

Il y a 45 ans

Yvon Deschamps
Photo d'archives, Jean-Louis Boyer

Yvon devant sa maison de campagne, à l’automne 1975, il y a près de 45 ans. Cette année-là, il faisait une tournée de spectacles de neuf mois à travers la province avec L’histoire sainte, tout de suite après La libération de la femme, l’année précédente. Il était marié à Judi Richards depuis quelques années, mais il ne savait pas encore qu’il deviendrait père de trois filles.


♦ L’Association sportive et communautaire du Centre-Sud change des vies depuis maintenant 40 ans, auprès de familles défavorisées de Montréal. Le Centre bénéficie de l’appui de la Fondation Yvon Deschamps Centre-Sud, qui mène une campagne majeure de financement afin de recueillir 10 millions de dollars sur cinq ans. Voir fydcs.ca

♦ Associés depuis longtemps à différentes œuvres caritatives, dont celles de l’organisme le Chaînon, Yvon et sa femme Judi Richards ont récemment reçu le prix Catherine Variety Sheridan.

♦ Émily Bégin planche sur un projet rétrospective-hommage de l’œuvre d’Yvon Deschamps. Elle en signera la conception et la mise en scène, et trois femmes d’âges différents s’approprieront ses monologues. Prévu pour 2020, le spectacle sera produit par Guillaume Lemay-Thivierge.

♦ Les grands succès de la chanson québécoise francophone, dont la pièce Aimons-nous d’Yvon Deschamps, font l’objet de la revue musicale hommage Je reviens chez nous présentée cet été.

♦ Pionnier de l’humour québécois, Yvon, qui aura 84 ans le 31 juillet, a mis un terme définitif à sa carrière d’humoriste il y a près de 10 ans.