/misc
Navigation

Pont Arthur-Bergeron: une construction attendue avec impatience au Bas-Saint-Laurent

Le pont Arthur-Bergeron, au Bas-Saint-Laurent, est en piètre état et plusieurs réclament une nouvelle structure

Le béton est désagrégé à plusieurs endroits.
Photo courtoisie, Gaétan Morissette Le béton est désagrégé à plusieurs endroits.

Coup d'oeil sur cet article

Le préfet de la MRC de La Mitis somme le ministère des Transports (MTQ) d’amorcer rapidement les travaux du nouveau pont Arthur-Bergeron, qui relie les municipalités de Sainte-Flavie et Grand-Métis par la route 132, alors que l’état actuel de la structure en inquiète plusieurs.

«Le MTQ nous dit que la structure est sécuritaire, mais quand on la regarde, c’est inquiétant. On voit bien que son état semble se détériorer d’année en année. Les citoyens le constatent et les maires sont fortement interpellés, comme c’est un lien important entre les deux rives de la rivière Mitis», indique le préfet de la MRC de La Mitis, Bruno Paradis.

Des fissures dans le béton sont visibles et certaines structures du pont, également en béton, sont éclatées.
Photo courtoisie, Gaétan Morissette
Des fissures dans le béton sont visibles et certaines structures du pont, également en béton, sont éclatées.

«Ça fait deux ans que l’on se fait dire par le MTQ qu’il en fera un nouveau, dans cinq ans, poursuit M. Paradis. Ça devient à un certain point frustrant.»

Selon le dernier rapport d’inspection du MTQ, la structure nécessite des réparations, mais rien n’indique que la structure est dangereuse.

Restauration

Le préfet rappelle qu’aucun travail de réparation ne peut être entrepris sur le pont actuel, tant que le nouveau n’est pas construit, puisqu’il s’agit du seul lien routier qui relie les municipalités.

Un projet de restauration de la structure actuelle est également au programme, puisque la région souhaite en faire un produit d’appel pour le tourisme. Elle serait mise en valeur et l’aspect historique sera conservé. Il n’y aurait plus de circulation pour les véhicules, mais les piétons et les cyclistes pourraient continuer d’y circuler.

À plusieurs endroits, la structure est effritée à un point tel que l’on peut voir les armatures corrodées.
Photo courtoisie, Gaétan Morissette
À plusieurs endroits, la structure est effritée à un point tel que l’on peut voir les armatures corrodées.

«On a créé un parc régional et le pont serait un apport. C’est un beau projet et j’aimerais que l’on avance», poursuit M. Paradis.

Pendant ce temps, la circulation se poursuit et la structure continue de se dégrader sous le poids de celle-ci, s’inquiète le préfet.

«Il y a beaucoup de trafic lourd, comme les éoliennes. De Mont-Joli, en allant vers l’est, c’est le seul lien.»

Pas prévu avant 2021

Du côté du MTQ, on indique que le projet de construction du nouveau pont Arthur-Bergeron est toujours en préparation, mais qu’il ne figure pas dans la programmation 2019-2020.

«Ces deux années seront plutôt utilisées à finaliser la conception du projet, à produire les plans et devis, à obtenir les diverses autorisations environnementales nécessaires et à acquérir l’emprise nécessaire pour les travaux. Le processus de conception, d’acquisitions, d’appel d’offres et d’octroi du contrat prendra environ trois ans», indique Claire Pouliot, porte-parole au MTQ.

Au printemps dernier, le ministère a procédé à des travaux de déboisement afin de pouvoir entreprendre des travaux de forage à l’automne. Ces travaux permettront de caractériser les sols, a ajouté Mme Pouliot.


► Vous avez des photos et des vidéos de routes à partager avec nous ? N’hésitez pas à nous écrire.