/news/politics
Navigation

Les élections fédérales auront bien lieu le 21 octobre

Coup d'oeil sur cet article

 Le Directeur général des élections (DGE) n’a pas l’intention de déplacer la date du scrutin fédéral, prévu le 21 octobre, même si la Cour fédérale lui a ordonné la semaine dernière de réévaluer sa décision en raison d'une fête juive.

«Après avoir examiné attentivement les répercussions de la tenue de l'élection le 21 octobre sur la capacité des juifs pratiquants à participer au processus électoral, et compte tenu de ma responsabilité d'assurer un vote accessible à tous les Canadiens, j'en conclus qu'il n'est pas souhaitable de changer la date de l'élection générale à un stade aussi avancé», a soutenu lundi le DGE, Stéphane Perrault.

Il avait jusqu’au 1er août pour se pencher à nouveau sur la question.

M. Perrault a assuré qu’il ne prenait pas cette décision «à la légère» et s’est engagé à offrir à la communauté juive «des façons de voter optimales et pratiques qui respectent leurs croyances religieuses».

Le DGE rappelle que les électeurs pourront notamment exprimer leur choix via le processus de vote par bulletin spécial, pendant la période électorale. Un plan d’action a aussi été mis en place en avril pour améliorer le vote des juifs pratiquants, notamment par l’ajout de travailleurs aux bureaux de vote dans certaines circonscriptions.

Réactions

Invité lundi à commenter cette décision, le premier ministre Justin Trudeau a répondu avoir l’intention de continuer «d’écouter les avis du DGE par rapport à quand ces élections devraient être tenues».

Le pouvoir du DGE «se limite à recommander un changement de date au cabinet», qui a le dernier mot sur la date du scrutin et qui peut ordonner de faire le changement.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a soutenu de son côté que ce sont les tribunaux et le Directeur général lui-même qui sont le mieux à prendre cette décision, qui doit selon lui rester indépendante. Il a souhaité la plus grande participation possible au processus électoral.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a jugé sur Twitter qu’il s’agissait d’un choix «évident, rigoureux, respectueux des institutions et du bien commun». Il avait déjà invité la semaine dernière le DGE à maintenir sa position.

Le député du Parti conservateur Pierre-Paul Hus s’est quant à lui dit satisfait de cette décision, que le dossier était clos, et qu’il y avait plusieurs possibilités pour voter. Il a précisé que la requête initiale a été déposée de façon personnelle par une candidate conservatrice, et non pas par le Parti conservateur.

Cour fédérale

La juge Ann Marie McDonald avait sommé la semaine dernière le DGE de considérer à nouveau la possibilité de changer la date des élections fédérales. Elles se déroulent le même jour qu’une fête juive, Chemini Atseret, où les juifs orthodoxes ne peuvent pas pratiquer certaines activités, dont voter et travailler. Des jours de vote par anticipation coïncident aussi avec d’autres fêtes juives.

Le DGE avait initialement refusé de changer la date à la suite d’une requête déposée en juin par un électeur de York Centre, Ira Walfish, et la candidate conservatrice de confession juive Chani Aryeh-Bain. Cette dernière avait fait valoir qu’elle ne pourrait faire campagne et encourager les électeurs à aller voter le jour du scrutin.

La juge McDonald a estimé qu’il y avait eu un «manque de preuve» démontrant que le Directeur général des élections était arrivé à une décision qui équilibre le respect de la Charte des droits et libertés par rapport aux objectifs de la loi électorale. Le DGE avait par la suite accepté de revoir sa décision.