/24m/city
Navigation

Lutte contre le tabac: Un conseiller municipal montréalais réclame des mesures plus sévères

Lutte contre le tabac: Un conseiller municipal montréalais réclame des mesures plus sévères
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Dans la foulée d’un rapport de l’Organisation mondiale de la santé sur «l’épidémie de tabagisme», le conseiller de Snowdon, Marvin Rotrand, invite le gouvernement québécois à prendre des mesures plus sévères pour lutter contre le tabagisme.

Depuis une quinzaine d’années, «d’importants progrès» ont été faits dans la lutte antitabac au niveau mondial, selon un rapport publié le 26 juillet dernier par l’OMS. «Malheureusement, l’épidémie de tabagisme est loin d’être terminée», note l’organisation. «La consommation de tabac a diminué dans la plupart des pays et régions, mais le nombre total de consommateurs est resté irréductiblement élevé en raison de la croissance démographique.»

«L’OMS dit que nous ne pouvons pas être complaisants», a souligné le conseiller indépendant Marvin Rotrand. Et ce, même si le Canada fait meilleure figure que d’autres pays.

Marvin Rotrand
Photo ÉTIENNE LABERGE / Agence QMI
Marvin Rotrand

En septembre 2018, le Conseil municipal de la Ville de Montréal avait adopté une motion unanime demandant au gouvernement québécois de hausser le prix des cigarettes afin d’atteindre au moins le prix canadien moyen. «Une cartouche de cigarettes coûte 43 $ de plus au Manitoba qu’au Québec», a illustré M. Rotrand, auteur de ladite motion.

La motion demandait aussi au gouvernement d’évaluer la pertinence de revoir à la hausse l’âge légal pour acheter du tabac. Selon M. Rotrand, le Québec devrait imiter des États américains comme celui de New York, l’Ohio ou le Texas qui se sont récemment prononcés pour un âge minimal de 21 ans.

L’élu municipal a envoyé des lettres à la ministre de la Santé, Danielle McCann, et au ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant. Des accusés de réception, mais pas d’engagements écrits y ont fait suite, a-t-il relaté.

Le gouvernement caquiste a de bonnes idées pour réduire le tabagisme, mais doit aller plus loin, a plaidé le conseiller de Snowdon, critiquant du même souffle l’administration de la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Alors qu’il est interdit de fumer dans un parc dans des milliers de villes nord-américaines, ce n’est pas le cas partout à Montréal, a déploré M. Rotrand.

«Certains des arrondissements dirigés par Ensemble Montréal (Saint-Laurent, Saint-Léonard, Pierrefonds-Roxboro) ont adopté au cours de la dernière année des réglementations interdisant la consommation de cannabis à divers degrés, allant de l’interdiction complète dans les lieux publics à l’interdiction dans les parcs seulement», a pour sa part rappelé Romain Bédard, directeur des communications du cabinet de l’opposition officielle.

L’Assemblée nationale étudie un projet de loi visant, entre autres, à hausser à 21 ans l’âge minimal pour acheter du cannabis. Rappelant les dangers du tabac et du vapotage, M. Rotrand considère qu’il serait aussi opportun de revoir l’âge minimal pour acheter ces produits.

Près de 13 000 personnes décèdent annuellement de maladies causées par le tabagisme, d’après l’Institut national de santé publique du Québec.

Les cabinets de la mairesse de Montréal et de la ministre de la Santé n’ont pas répondu aux questions du 24 Heures.