/world/europe
Navigation

Menace de Trump de taxe le vin: «débile» selon un ministre français

Le ministre français de l’Agriculture Didier Guillaume
AFP Le ministre français de l’Agriculture Didier Guillaume

Coup d'oeil sur cet article

Paris | Le ministre français de l’Agriculture Didier Guillaume a jugé mardi «absurde» et «débile» la menace du président américain Donald Trump de taxer le vin français en rétorsion à la taxe française sur les Gafa, les géants américains du numérique.  

«Bien sûr que je redoute une taxe, mais c’est absurde. C’est absurde, comme débat politique et économique, de dire «vous taxez les Gafa, on va taxer votre vin», c’est complètement débile», a déclaré le ministre sur BFM TV/RMC.   

«On taxe les Gafa tout simplement parce qu’ils font des bénéfices énormes de millions ou de milliards d’euros ou de dollars en faisant travailler les gens de chez nous, et il n’y aurait pas de raison qu’ils ne payent pas d’impôts », a ajouté M. Guillaume.   

«Ça fait la troisième fois que le président américain menace d’une taxe, troisième fois en un an, on verra bien s’il la fait maintenant», a également déclaré Didier Guillaume.   

«Le vin américain n’est pas meilleur que le vin français», a également déclaré le ministre, jugeant «inacceptables» les propos du président américain sur «la bêtise de Macron».   

Donald Trump avait dénoncé vendredi sur Twitter la «stupidité» du président français Emmanuel Macron, menaçant de taxer le vin français en représailles à une taxe française sur les grands groupes technologiques, dite «taxe Gafa» car elle va toucher en premier lieu les géants américains du secteur.   

«Nous annoncerons bientôt une action réciproque substantielle après la stupidité de Macron. J’ai toujours dit que le vin américain était meilleur que le vin français!», avait notamment déclaré le président américain.   

La France a quant à elle, par la voix de son ministre de l’Économie Bruno Le Maire, exprimé le souhait de parvenir à un accord avec Washington sur la taxation du numérique d’ici à la réunion des chefs d’État et de gouvernement du G7 à Biarritz fin août.   

«Nous souhaitons travailler étroitement avec nos amis américains à une taxation universelle des activités digitales», avait déclaré samedi M. Le Maire.