/lifestyle/techno
Navigation

Amazon partage des données d'utilisateurs avec plus de 200 agences de sécurité

Via Ring, ces organisations ont accès aux caméras de ces utilisateurs sans devoir demander leur consentement.

Coup d'oeil sur cet article

Par l’entremise de sa société de surveillance domestique Ring, le géant Amazon a confirmé que son groupe était de connivence avec au moins 200 organismes d’application de la loi qui pouvaient avoir un accès direct aux caméras des propriétaires.

Ring, c’est la société de surveillance domestique de l’empire Amazon et, avec le consentement des propriétaires de maison et de commerce, près de 200 agences de sécurité des États-Unis pouvaient accéder aux images vidéo... sans exiger de mandat.

C’est en substance ce que le magazine Motherboard vient de révéler à partir de courriels obtenus qui portaient sur le «portail de voisinage et l’application de la loi».

Ce portail permet à la police locale d’obtenir en ligne une carte indiquant approximativement les emplacements des caméras du réseau Ring.

Comme un réseau Big Brother collaboratif

Cette entente pour le moins discrète entre le réseau Ring, d’Amazon, et les corps de police et autres agences de sécurité du gouvernement nous donne une idée d’un réseau de surveillance partagé entre les organes de sécurité et la population.

De plus, pareils partenariats nécessitent que les polices locales fassent la promotion de Ring, ou tout autre réseau semblable, à leurs concitoyens qui obtiennent en retour des caméras Ring et l’application éponyme gratuitement.

Une caméra intégrée dans une sonnette coûte près de 130 $US sur Amazon.

Profilage racial 2.0

Neighbors, l’application réseau de surveillance Ring de voisinage, a des problèmes de profilage racial et permet aux propriétaires de poster des comportements suspects ou des personnes étrangères» dans leurs échanges avec la communauté, toujours selon le magazine Motherboard qui a noté que les cibles étaient généralement des personnes de couleur.

Contrairement au portail cité plus haut qui n’est accessible que par la police, Neighbors, lui, est ouvert au grand public.

Un futur dystopique

Appelé à commenter la question, Evan Greer, directeur général adjoint de Fight for the Future, «Amazon construit un réseau (dragnet) de surveillance avec les agences de sécurité locales afin d’éviter toute forme de contrôle ou de responsabilité à laquelle les services de police seraient normalement être tenus d’adhérer».

Le gouvernement autoritaire imaginé par Orwell dans son roman 1984 diffère de celui qui se dessine, selon Greer, qui voit plutôt «quelque chose qui s’édifie chaque jour sous nos yeux, par des partenariats entre des sociétés privées et des agences du gouvernement».