/sports/football/alouettes
Navigation

Hugo Richard en mode apprentissage

Hugo Richard en mode apprentissage
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Après avoir fait la pluie et le beau temps comme quart-arrière du Rouge et Or de l’Université Laval, Hugo Richard a un nouveau défi avec les Alouettes de Montréal, soit celui de jouer en défensive comme demi de coin. 

Probablement un peu déçu de ne pas avoir fait sa marque comme pivot chez les professionnels, l’athlète de 24 ans préfère cependant voir ce changement de position de façon positive. 

«Ça va bien et j’aime ça, a-t-il dit lors de l’entraînement des siens, lundi. C’est sûr que c’est différent, mais j’ai des répétitions en défensive et je n’en avais pas en attaque.» 

Évoluant de l’autre côté du ballon depuis trois semaines, Richard a bien l’intention d’utiliser ses acquis comme quart-arrière dans ses nouvelles responsabilités. 

«En étant quart-arrière, j’ai beaucoup analysé les défensives et je connais beaucoup les concepts offensifs, alors ça m’aide beaucoup dans mes nouveaux apprentissages. Maintenant, le côté plus technique doit s’améliorer un peu.» 

«Tout ce qui se fait à reculons c’est nouveau pour moi. Attaquer mes tracés, bien juger mes décisions et mes lectures», a précisé celui qui n’avait pas joué en défense depuis l’âge de 10 ans. 

Tout le monde met l’épaule à la roue 

S’il évalue que son apprentissage se déroule bien, Richard apprécie vraiment l’apport de ses coéquipiers, qui ne se gêne pas pour lui donner un coup de main. «Je progresse bien. Les gars en défensive sont super cool, ils m’aident beaucoup du côté technique. S’ils voient quelque chose que je ne fais pas de la bonne façon, ils me le disent et je le corrige.» 

Les entraîneurs de Richard ont également une grande influence sur sa progression. 

«Les entraîneurs aussi sont toujours là pour répondre à mes questions. Nous avons deux entraîneurs des demis de coin et Bob Slowik [coordonnateur en défensive]. Ils ne sont évidemment pas tout le temps sur mon cas, mais dès que je pose une question, j’ai de la rétroaction. Il y a toujours quelqu’un de disponible.» 

Au final, si le natif de la Rive-Sud de Montréal a accepté ce changement de position, c’est avant tout par amour pour son sport et son désir de compétitionner. 

«Mon but est d’être sur le terrain et d’être habillé pour un match. Quand on m’a offert de changer de position, on m’a expliqué que ce serait le chemin le plus court pour moi cette année.» 

«C’est une situation que je trouve très intéressante et j’ai hâte de voir où cela va m’amener. La saison est très longue.»