/finance/business
Navigation

Vols de données: la confiance envers les institutions financières ébranlée

Les Québécois doutent de la fiabilité du système

Coup d'oeil sur cet article

 

 Alors que les autorités tardent à punir les responsables des vols de données personnelles au pays, la confiance des Québécois envers la fiabilité du système bancaire est ébranlée.  

 

 «Les citoyens ne peuvent rien faire, ils sont coincés, pris là à se faire frauder. Ce sont les banques et les entreprises qui doivent être responsables», soutient Patrick Rousseau Mathieu, expert en sécurité informatique et cofondateur du Hackfest.  

  •  Notre journaliste Pierre Couture était à l’émission Le 6 à 9 de Caroline et Maka sur QUB radio:  

 Selon ce dernier, Ottawa et Québec doivent réviser les lois au plus vite afin de punir davantage les entreprises qui n’ont pas suffisamment investi en sécurité informatique pour protéger les données de leurs clients.  

 

 La semaine dernière, le géant Facebook s’est vu imposer une pénalité de 5 milliards de dollars US par le gouvernement américain pour avoir «trompé» ses utilisateurs sur leur capacité à contrôler leurs informations personnelles.  

 

 Or, au Canada, Facebook n’a jamais fait l'objet de sanctions (aucune amende) de la part d’Ottawa.  

 

 «Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. C’est la troisième fois depuis 2014 que Capital One est victime de ce genre d’événements. Il faut que cela cesse», a déploré pour sa part l’expert en sécurité informatique Steve Waterhouse.  

 

 Demande d’action collective  

 

 «Malheureusement, nous sommes condamnés à revivre ce type d’événements. La différence, avec le temps, ce sont les outils que les entreprises vont mettre en place pour empêcher ces incidents», a fait valoir Yan Cimon, professeur agrégé à la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval.  

  • ÉCOUTEZ Mathieu Fortier, courtier en services financiers, à l'émission Avocats à la barre à QUB radio:

 Par ailleurs, une première demande d’action collective contre Capital One a été déposée hier en Cour supérieure du Québec, district de Québec. La demande déposée par un détenteur de carte Capital One de Québec, Simon Goulet, est pilotée par la firme Siskinds, Desmeules, Avocats.  

 

 – Avec la collaboration de Jean-Michel Genois Gagnon  

 Que doivent faire les clients de Capital One? 

 Demeurer vigilants 

Photo Adobe Stock

 Les clients de Capital One doivent demeurer vigilants. Ceux qui constatent des activités anormales sur leur compte doivent communiquer rapidement avec la banque. 

 Ne pas répondre  

Photo Adobe Stock

 Méfiez-vous des courriels et messages texte où l'on vous demanderait d’entrer des renseignements personnels. Capital One dit ne jamais réclamer de renseignements personnels par courriel ou par message texte.