/misc
Navigation

Le marché libre expliqué à Soliane (avec des cas concrets)

stock market quotes
Photo stock.adobe.com (Stephen VanHorn)

Coup d'oeil sur cet article

Soliane, je dois t’expliquer pour ne pas que...  

À 12 ans Soliane, il est de mon devoir de grand-père de t’expliquer les bienfaits postulés et inattaquables du libre marché économique. Oui, oui Soliane, il profite à tous, même aux pauvres qui sont peu nombreux dans ce système économique fondé sur le capitalisme et la très vive concurrence qui prévaut entre de nombreux compétiteurs. Comme l’économie de marché repose sur de vraies lois naturelles, il ne faut surtout pas que les gouvernements, les syndicats, les écologistes, les socialistes et les communistes viennent entraver la totale liberté des agents économiques de faire comme bon leur semble. Malheureusement, les lois et les règlements sont des polluants économiques qui rendent les entreprises moins performantes et donc moins aptes à créer de la richesse collective.  

Soliane, contrairement à ce que certains enseignants gauchistes et déconnectés t’ont peut-être enseigné au primaire, la recherche de son propre profit mène au mieux-être de l’ensemble. En somme, l’intérêt égoïste et personnel est supérieur à la poursuite de l’intérêt collectif qui verse dans une sorte d’humanisme béat et primaire. Et si par hasard il y a par accident quelques pauvres, il y aura alors de nombreux bienfaiteurs et philanthropes qui interviendront rapidement. La charité privée, déductible d’impôt, est nettement supérieure à la charité publique qui a l’immense défaut de faire intervenir le gouvernement, qui devra de ce fait lever des impôts afin de subvenir aux besoins des démunis. Cela provoque une atteinte à la liberté des capitalistes qui ont, il faut le dire, des principes moraux et des codes d’éthique très élevés. Oui Soliane, c’est ça qui est ça. Je préfère te faire la leçon sur la réalité des tenants et aboutissants du système capitaliste fondé sur le libre marché avant que des esprits gauchistes tordus et frustrés te disent des faussetés sur le sujet. Et puis, si tu ne me crois pas tout à fait, demande à Carlos Leitao ou à Maxime Bernier. Afin de compléter ton éducation et d’approfondir tes connaissances, tu peux lire attentivement les études scientifiques et pédagogiques de l’Institut économique de Montréal (IEDM), du C.D. Howe Institute et du Conference Board ainsi que les recherches académiques produites par des universitaires émérites comme Luc Godbout, Pierre Fortin, Robert Gagné et Claude Montmarquette. Soliane, quand tu vois Amir Khadir ou Luc Ferrandez à la télévision, je t’invite à changer rapidement de poste.  

Le transport aérien et Air Canada  

Soliane, prenons le titre de cet article du Journal, publié le 27 septembre 2017 : «Transport aérien régional : les maires veulent casser le monopole d’Air Canada»   

Ce qu’ils me font rire ces maires. Comme ce sont de petits villages pas payants, Air Canada a la bonté d’y aller et voilà qu’on l’accuse de monopole qui facture le gros prix. Tant d’ingratitude me peine. Même si c’est vrai que «Manque de concurrence pour le prix des billets d’avion au Québec. Un vol vers Gaspé plus cher que vers Pékin» (Le Journal, 23 janvier 2018), il faut reconnaître que c’est tout de même le «juste» prix.   

D’ailleurs Soliane, le prix fixé par le privé est toujours le juste prix.  

Mais quelle idée absolument saugrenue du parti radical de gauche communiste qu’est Québec solidaire (QS) : «Transports régionaux. QS fait fausse route avec la nationalisation, selon un transporteur» (Le Devoir, 26 septembre 2018).  

L’expert qui dit qu’il ne faut pas nationaliser, c’est le transporteur Maheux qui est largement subventionné par l’État, et donc par nos impôts. Oui, Soliane, ça ressemble à du socialisme d’État mais c’est du bon socialisme quand c’est pour aider les entreprises privées à mieux vivre et à créer plus de richesse. Un monopole privé c’est bon mais pas un monopole public. À ne jamais oublier Soliane. Je t’expliquerai pourquoi une autre fois. Couillard, lui, l’avait l’affaire : «Couillard promet des millions aux régions» (Le Devoir, 3 février 2018).   

Couillard promettait alors des milliards en fonds publics, pas aux régions mais à Air Canada pendant que le PLQ au pouvoir coupait joyeusement dans les programmes sociaux afin de rendre l’État plus efficace et de faire plus avec moins. C’est ainsi qu’il a pu sauver le Québec de la banqueroute selon ses prétentions. Et puis Soso, ne t’inquiète pas, François Legault, notre nouveau premier caquiste «a promis qu’il négocierait lui-même avec Air Canada, des prix plafonds sur les billets d’avion» (Le Devoir, 15 septembre 2018).  

J’espère que cela te sécurisera Soliane. Si François Legault l’a dit... D’ailleurs, les dirigeants d’Air Canada doivent avoir très peur. Autre bonne nouvelle : «Ottawa veut plus de concurrence dans le secteur aérien au Canada» (Le Devoir, 17 mai 2017).   

Le privé a entendu l’appel car Air Canada va acheter Air Transat.  

Les pharmaceutiques qui sauvent des vies  

Voici Soliane le titre de deux articles récents:    

Oui, Soliane, les médicaments coûtent cher car les pharmaceutiques investissent beaucoup dans la recherche, la publicité et le bien-être des médecins et opèrent dans un secteur d’activité très risqué. «Le prix d’un médicament double. Le fabricant refuse de dire pourquoi le Trianal est passé de 85$ à 158$ par mois» (Le Journal, 6 janvier 2017).  

Si les prix ont augmenté ainsi subitement, ça doit être à cause de la pénurie de matière première causée par le comportement belliqueux de l’Iran, du Venezuela et par la pénurie de main d’œuvre en inde ou au Pakistan. Comme les Iraniens interceptent des bateaux, on peut bien avoir des pénuries de pilules.   

Soliane, il ne faut pas baisser les prix des médicaments qu’ont dit les très respectés organismes de recherche patronale du Conference Board et de l’Institut économique de Montréal : «Des économies grâce aux médicaments les plus coûteux? Une étude du Conference Board soutient que payer plus cher pour des médicaments efficaces (pas toujours) rapporte (à qui ?)» (Le Devoir, 11 juillet 2013).   

Quant à l’IEDM, il a affirmé ceci : «Médicaments génériques. Une baisse risquée. Une nouvelle diminution de prix (comme s’il y en avait eu une baisse de prix) pourrait entraîner des problèmes (pour qui au juste et quels genres de problèmes» (Le Journal, 16 avril 2013). Ces deux organismes scientifiques suggèrent tout le temps aux gouvernements de baisser les impôts et de diminuer les services publics mais de payer plus pour les médicaments et les médecins.   

Et le prix de l’essence  

«Hausses abusives du prix de l’essence» (Le Journal, 14 mars 2019).   

Soliane, les pétrolières augmentent le prix du gaz pour des fins de protection de l’environnement. Ce sont des écologistes pratiquants. Et elles le font de manière apparemment concertée : «La variation du prix de l’essence est apparemment concertée dit Couillard» (Le Devoir, 31 mai 2018).   

Moi, je n’y crois pas. Voyons donc. De manière concertée? Les pétrolières qui s’entendraient entre elles pour fixer les prix? C’est complètement loufoque...