/opinion/blogs/columnists
Navigation

Vers une révolution aux États-Unis

Vers une révolution aux États-Unis
AFP

Coup d'oeil sur cet article

  

Pauvres Américains. S’il faut en croire le débat démocrate à l’investiture d’hier, le monde entier est radical. Enfin, tout au moins, les autres pays industrialisés et beaucoup d’autres pays dans le monde.      

La plupart des grands médias présentent les débats à l’investiture démocrate comme une lutte entre radicaux et modérés.     

Les radicaux, ce sont en particulier Elizabeth Warren et Bernie Sanders. Les modérés, ce sont Joe Biden et presque tous les autres candidats.     

Faux radicaux  

Pourquoi Warren et Sanders sont-ils accusés d’être des radicaux ? Essentiellement parce qu’ils proposent un système universel d’assurance maladie ainsi que la gratuité des études universitaires.      

Tous les pays industrialisés, sauf les États-Unis, ont un système d’assurance maladie universel. Tous les pays industrialisés possèdent un système d’éducation dont les frais de scolarité sont beaucoup moins élevés qu’aux États-Unis.     

Proposer que les États-Unis se rapprochent des politiques de santé et d’éducation des autres pays industrialisés est devenu radical.     

Ce qui est radical, ce sont bien plutôt les politiques d’extrême-droite américaines dans ces domaines.      

Aveuglés  

Allez dire cette vérité aux Américains et ils ne vous croiront pas. La plus grande partie de la population américaine nage en plein déni. L’espérance de vie baisse, le taux de mortalité infantile augmente, la part des États-Unis dans l’économie mondiale chute, les problèmes de drogue sont pires que jamais, près de la moitié de la population vit dans des conditions précaires, d’un chèque de paie à l’autre...      

Mais les Américains sont pour la plupart persuadés que la puissance des États-Unis est plus forte que jamais et que leur modèle de société est le meilleur.Il est vrai que les grands indicateurs économiques sont bons, mais à quel prix pour les Américains moyens?     

La rapacité des ultra-riches  

Pourtant, il y a bien un domaine où Warren et Sanders sont radicaux. Ils expliquent avec raison qu’une petite fraction de la population américaine accapare la plus grande partie de la richesse et que ces gens ne paient à peu près pas d’impôt. Cette constatation est radicale parce qu’elle porte en elle les ferments d’une révolution.      

Dans leurs solutions face à cette iniquité, Warren et Sanders sont très modérés. Ils demandent le retour à des taux d’imposition pour les riches qui ressemblent à ceux d’avant Bush fils. Ces taux permettraient non seulement de rétablir un certain équilibre dans la société américaine, mais en plus, ils résoudraient les problèmes de dette des États-Unis.     

Mais tout ce qui ôterait une seule cenne aux grandes corporations et aux milliardaires américains est maintenant dénoncé comme étant radical.     

À ce rythme, si les mesures que proposent Warren et Sanders ne sont pas appliquées, les États-Unis foncent vers des troubles révolutionnaires. Il se pourrait que dans quelques années, les grands médias trouvent ces mesures bien douces, en regard de ce que pourraient réclamer de vrais révolutionnaires radicaux. Des révolutionnaires que les gouvernements russe et chinois ne manqueraient pas de soutenir avec délices.