/24m/outings
Navigation

Mois de l’archéologie: se replonger dans ses racines

Munis de leur truelle, quatre adeptes d’histoire participent à une fouille archéologique au Musée d’archéologie de Roussillon, situé à La Prairie, en Montérégie.
PHOTO COURTOISIE Munis de leur truelle, quatre adeptes d’histoire participent à une fouille archéologique au Musée d’archéologie de Roussillon, situé à La Prairie, en Montérégie.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL |  Le mois de l’archéologie, qui se déroule jusqu’à la fin août, souhaite mettre de l’avant l’importance de notre patrimoine en présentant de nombreux ateliers dans la métropole ainsi que sur l’ensemble du territoire du Québec.

Ayant pour thème «Découvrir vos racines», le mois de l’archéologie a choisi cette année de s’associer à l’artiste Samian, originaire de la Première Nation Abitibiwinni, une relation qui semble aller de soi.

«Grâce à l’archéologie, la région d’où je viens en Abitibi, et avec l’appui des historiens et des anthropologues, on a retrouvé 8000 ans de présence algonquine», a expliqué le porte-parole en entrevue avec le 24 Heures.

«Ça, c’est énorme. C’est un endroit où mes arrière-grands-parents se sont rencontrés. Si je sais d’où je viens et qui je suis, c’est grâce à l’archéologie», a-t-il poursuivi.

Pour l’artiste, l’événement représente ainsi une merveilleuse occasion de prendre un pas de recul par rapport au Québec qu’il habite pour ainsi réfléchir à la façon dont il s’est construit et à partir de quelles bases.

«Ce que je trouve le plus important cette année, et là où ça se démarque, c’est peut-être au niveau des liens que l’on fait entre l’histoire des Premières Nations, l’histoire de la Nouvelle-France et ce que le Québec est devenu aujourd’hui», a relaté Samian.

Une foule d’activités

«L’archéologie, ça nous regarde tous, on laisse tous des traces qui, un jour, seront redécouvertes par des archéologues», a indiqué Caroline Nantel, présidente du réseau Archéo-Québec, l’organisme instigateur de l’événement.

«Notre mission, c’est de favoriser une meilleure connaissance, une meilleure diffusion et une plus grande appropriation du patrimoine archéologique», a-t-elle ajouté.

C’est donc une vaste sélection d’activités qui seront proposées sur l’île de Montréal ainsi qu’à travers plusieurs régions du Québec.

Parmi elles seront organisés des ateliers pour apprendre à tailler la pierre, des fouilles archéologiques, des conférences ainsi que des discussions avec des archéologues.

«Il y en a pour tous les goûts, a enchaîné Caroline Nantel. Il y en a pour ceux qui veulent faire de la recherche et se mettre les deux mains dans la terre, il y en a qui se font avec un petit verre de vin en écoutant une conférence. Il y a même une pièce de théâtre sur les poux de la Nouvelle-France. Moi, ça, ça me fascine.»

Le mois de l’archéologie se déroulera jusqu’au 31 août sur l’île de Montréal ainsi que dans plusieurs régions du Québec.