/news/currentevents
Navigation

Un policier de la Sûreté du Québec est libéré des accusations qui pesaient contre lui

Bloc Sûreté du Québec SQ Police
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a laissé tomber des accusations de falsification d’un faux document et d’utilisation de celui-ci qui visaient un policier de la Sûreté du Québec.

Le juge Maurice Parent a libéré le policier Benoit Richard de ces deux chefs d’accusation, jeudi au palais de justice de Joliette. L'avocate de Benoit Richard, Me Nadine Touma, l'a confirmé au Journal vendredi.

« Mon client est très soulagé de cette décision », a-t-elle ajouté.

La réévaluation de la preuve dans le cadre d’une conférence de facilitation entre la Couronne et la défense a mené à cette décision.

Me Touma a toutefois précisé que le DPCP a reçu l’assurance que les autorités disciplinaires de la SQ mettront un processus disciplinaire en branle concernant Benoit Richard, dans les prochaines semaines.

M. Richard a été cité à procès pour avoir fait et utilisé un faux document pour engager une femme qui souhaitait postuler comme répartitrice à la SQ.

Le policier a par ailleurs déjà été un des porte-paroles de la SQ auprès des médias durant quelques années, jusqu’en 2014.