/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les mots dits du samedi

Coup d'oeil sur cet article

Prétentieux

1- Luc s’est beaucoup pratiqué ? Il faut écrire plutôt : Luc s’est beaucoup entraîné. C’est une mauvaise pratique, surtout québécoise, que d’employer les formules « pratiquer » ou « se pratiquer » dans le sens de s’exercer, de s’entraîner ou de répéter. On ne pratique pas son piano et on ne se pratique pas au tennis. On s’exerce au piano et on s’entraîne au tennis.

Néanmoins, l’emploi du verbe pratiquer et de sa forme pronominale se pratiquer est correct dans le sens de se « livrer à une activité, exercer un métier ». Ex. : Ernest pratique le droit. « Se pratiquer » ne se conjugue qu’à la troisième personne du singulier et toujours dans le sens d’être en usage, d’être utilisé. Ex. : Le soccer se pratique de plus en plus au Québec.

2- Il est persuadé de disposer de tous ses adversaires au tennis ? Le verbe « disposer » signifie arranger d’une certaine façon des objets, des personnes. Suivi de la préposition de, disposer signifie avoir à sa disposition, avoir l’usage de ou faire ce que l’on veut de quelque chose ou de quelqu’un, mais ce verbe ne signifie pas vaincre un adversaire. On dira plutôt que Luc est persuadé de vaincre, de battre tous ses adversaires. Quel prétentieux !

Vicieux

Deux questions de C. Dubois : « Est-ce que “pire ennemi” est un pléonasme ? Et qu’en est-il de “meilleur ami” ? » La forme pléonastique naît du mariage incongru de mots ayant le même sens. Si certains pléonasmes créent un effet de style (je l’ai vu de mes yeux vu ; je l’ai entendu de mes propres oreilles...), la plupart sont maladroits.

On les qualifiera de pléonasmes vicieux. « Monter en haut », « descendre en bas », « reculer en arrière », « avancer en avant », « il pleut dehors » sont des pléonasmes vicieux. Les mots « pire » et « ennemi » n’ont pas le même sens et on peut les accoler sans créer un heurt pléonastique. L’adjectif « pire » – qui signifie « plus mauvais » – sert simplement de superlatif au nom « ennemi ». On peut avoir un grand ennemi, un ennemi juré, ou même un ennemi mortel (à fuir autant que possible).

Et, bien sûr, un pire ennemi. Un pléonasme, d’une très grande maladresse, serait de dire « voici mon plus mauvais pire ennemi ». On comprendra que le même raisonnement s’applique à l’expression « meilleur ami ». Les mots « meilleur » et « ami » ne sont pas synonymes et ils peuvent se marier sans créer de pléonasme, etc., etc.

Corriger s’il y a lieu

Marie et Antoine sont maintenant parents. Le couple sont persuadés que la naissance de la petite Zoé leur offre plus de risques d’être heureux.

Les lettres mêlées

OUOUAANOR

Définition du mot : Grenouille de très grande taille.

Réponses

Corriger s’il y a lieu : Marie et Antoine sont maintenant parents. Le couple est persuadé que la naissance de la petite Zoé lui offre plus de chances d’être heureux.

Les lettres mêlées : OUAOUARON