/news/currentevents
Navigation

Recherches des deux suspects de trois meurtres: la GRC envoie des plongeurs dans le nord-est du Manitoba après la découverte d’une chaloupe abandonnée

Recherches des deux suspects de trois meurtres: la GRC envoie des plongeurs dans le nord-est du Manitoba après la découverte d’une chaloupe abandonnée
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Des plongeurs de la Gendarmerie royale du Canada effectueront des recherches dans le fleuve Nelson, dimanche, près de Gillam, au Manitoba, en lien avec l’opération visant à localiser les deux suspects de trois meurtres commis en Colombie-Britannique le mois dernier.

L’Équipe de récupération sous-marine (ÉRS) de la GRC du Manitoba devait arriver à Gillam samedi soir afin d’être prête à commencer son travail dimanche, a indiqué la police fédérale dans un communiqué, sans mentionner la raison exacte pour laquelle elle envoie des plongeurs à cet endroit. 

Toutefois, selon le journal The Globe and Mail, qui a parlé à un inspecteur de la GRC, la raison est qu’une chaloupe très endommagée, qui pourrait être passée dans des rapides, a été localisée sur une rive du fleuve vendredi après-midi. 

La GRC tentera de déterminer si l’embarcation a été utilisée par les fugitifs ou par quelqu’un de la région. 

Les deux suspects, Kam McLeod et Bryer Schmegelsky, sont recherchés pour les meurtres de Lucas Fowler, un Australien de 23 ans, et de sa petite amie Chynna Deese, une Américaine de 24 ans, abattus et découverts sans vie le 15 juillet. Ils sont aussi recherchés relativement au décès de Leonard Dyck, un chargé de cours retraité de l’Université de la Colombie-Britannique, dont le corps a été retrouvé en bordure d’une route quelques jours plus tard. 

Les deux fugitifs ont été vus la dernière fois dans le secteur de Gillam, dans une région éloignée du nord-est du Manitoba à bord d’un véhicule retrouvé incendié par la suite. 

Mercredi, la GRC avait dit qu’elle réduirait prochainement ses effectifs dans cette région après y avoir mené en vain pendant plusieurs jours des recherches exhaustives, mais qu’elle ne mettait pas fin à ses efforts pour retrouver les deux jeunes hommes. L’Aviation royale canadienne, appelée en renfort, devait aussi réduire ses activités dans la région. 

Entre-temps, la Police provinciale de l’Ontario a dit avoir reçu plusieurs informations du public voulant que les deux fugitifs aient été aperçus en territoire ontarien, mais n’a pu confirmer que ces informations concordaient avec l’affaire en cours.