/weekend
Navigation

Six galas éclatés au ComediHa !

Coup d'oeil sur cet article

Comme le veut la tradition depuis 20 ans, le ComediHa ! Fest présente six galas éclatés et diversifiés, au Palais Montcalm. Le Journal s’est entretenu avec chacun des animateurs, qui ont tous écrit des numéros exclusifs et imaginé des numéros collectifs qui resteront gravés dans les mémoires.

8 août

P-A Méthot, Traditionnel party d’ouverture

Photo Jean-François Desgagnés

P-A Méthot est une valeur sûre pour le ComediHa ! Fest : son gala a été le premier à afficher complet lors de la mise en vente des billets. C’est presque devenu une tradition : il revient à l’humoriste chouchou de Québec de lancer le bal des festivités pour une quatrième fois en cinq ans.

«Je suis tellement reconnaissant, déclare l’humoriste, mais je ne me mets pas de pression.»

S’il n’a pu animer un gala l’an passé, c’est à cause de son opération au cœur. «Mais ça m’a vraiment manqué de ne pas être là», confie-t-il au Journal.

Au chapitre des numéros, P-A Méthot racontera des anecdotes comme lui seul sait le faire sur sa vie, sa jeunesse, les différents emplois qu’il a occupés, en plus de proposer un numéro musical sur les voix et de se payer, une fois de plus, un numéro d’ouverture d’envergure.

«L’intro va être incroyable, promet l’humoriste. On a récupéré un événement qui s’est passé cette année, et on en a fait une bande-annonce. On s’est beaucoup donnés.»

Entre le ComediHa ! et P-A Méthot, c’est une histoire de famille. Il y participe depuis 2003, édition qui a été un déclencheur dans sa carrière.

«J’avais fait un événement extérieur avec François Léveillée, se rappelle-t-il. Ç’avait tellement rentré fort, qu’ils m’ont appelé à 2 h dans la nuit pour me demander de faire le gala du lendemain. J’étais une F1 ce soir-là. J’avais fait un numéro où je faisais différentes versions de Jean Batailleur, et dont je me fais encore parler aujourd’hui.»

«C’est là que je me suis rendu compte que j’étais prêt pour faire ce métier-là, à rentrer dans les grandes ligues.»

Invités : Mario Tessier, Billy Tellier, Peter McLeod, Dominic Paquet, Mathieu Cyr, Réal Béland, Jean-Claude Gélinas, Sam Breton, Rosalie Vaillancourt, Olivier de Benoist, François Massicotte, Dominick Léonard, Nicolas Gignac.

9 août

Phil Roy, L’inévitable passage à l’âge adulte

Photo d’archives, Martin Alarie

Phil Roy a beau jouer encore sur son image d’éternel adolescent et animer un gala sur le thème des 35 ans et moins, il doit se rendre à l’évidence. À 31 ans, il bascule inévitablement dans le monde des adultes.

Le plaisir insoupçonné qu’il a eu cet été à faire un jardin, entretenir sa pelouse et ses fougères, «des affaires de parents», dit-il en riant, le force à prendre conscience qu’il est maintenant un jeune adulte. C’est ce dont il sera question dans les numéros qu’il a concoctés pour son troisième gala consécutif au ComediHa !

«L’autre jour, un gars m’a écrit pour me dire que j’étais trop vieux pour Instagram. Voyons, toi! C’est nous qui l’avons créé, Instagram!» s’insurge-t-il.

Sans dévoiler le sujet, Phil Roy a aussi écrit un numéro qui promet de faire réagir et de soulever les discussions. «Je le rode en ce moment, et c’est le numéro de ma carrière où j’ai eu le plus de commentaires. Les gens me disent qu’ils en ont parlé après avec leur chum, leur blonde. J’ai vraiment hâte de voir comment ça va être reçu.»

Dans ses deux premiers galas, Phil Roy nous a habitués à des numéros de groupe à grand déploiement. Après avoir ressuscité Dans une galaxie près de chez vous, et avoir ramené l’an passé des personnages qui ont marqué sa génération, comme Bibi, les attentes sont grandes pour cette année. «Le numéro final va être encore impressionnant», laisse-t-il planer.

Au chapitre des invités, on assistera aux premiers pas d’Anaïs Favron en stand-up solo.

Invités : Yannick de Martino, Didier Lambert, Guillaume Pineault, Anaïs Favron, Coco Béliveau, Dave Morgan, Pascal Cameron­­­, Pierre-Yves Roy-Desmarais, Kev Adams.

10 août

Kev Adams, Travailler fort pour séduire le Québec

Photo courtoisie

Kev Adams s’est produit au Grand Rire à 17 ans. Onze ans plus tard, il revient avec le mandat d’animer le premier gala de l’histoire du festival piloté par un humoriste français. Et il a fait ses devoirs pour offrir «un gala de qualité».

Le comique de 28 ans, une star de l’autre côté de l’Atlantique avec quatre one-man-shows à son actif et son nom au générique d’une vingtaine de films, sera à la barre d’un gala international dont la moitié des invités sont européens, l’autre moitié québécois.

Il s’agira d’une grande fête de l’humour francophone, qui sera diffusée à la télévision européenne, sur la chaîne W9, en 2020, ainsi qu’au Québec. Kev Adams confie avoir travaillé «très fort» en ayant conscience que le gala sera une carte de visite exceptionnelle pour l’humour québécois en France, mais aussi pour l’humour français au Québec.

En ouverture, il s’éclatera dans un numéro «à la Broadway».

«C’est une sorte de déclaration d’amour au Québec, mais en chansons, confie-t-il. Je suis très attaché à la musique en spectacle, à faire quelque chose qui s’éloigne du stand-up. Je voulais de la danse, du chant, que les gens en prennent plein la vue.»

Avec son sens aiguisé de l’observation, Kev Adams nous offrira son regard extérieur sur le Québec, «avec beaucoup d’amour et de moqueries gentilles», dit-il.

«J’ai essayé d’éviter les clichés et ce qui a déjà été fait. Il y a une relation tellement forte entre les humoristes français et québécois, qu’il y a beaucoup de choses qui ont été dites à ce sujet-là. Mettre de l’avant nos différences ou nos points en commun, ça m’intéressait moins. J’ai essayé de trouver de nouveaux angles et d’écrire des numéros 100 % originaux.»

Pour s’inspirer, le jeune homme a demandé à un passant, à son arrivée lundi dernier, ce qui distinguait le Québec selon lui. «Il m’a répondu : les travaux sur les routes. J’ai trouvé ça incroyable!» raconte-t-il en riant.

Kev Adams souhaite que le public ne le perçoive pas comme la star française qui débarque au Québec. Il a bien fait ses devoirs et connaît tous les humoristes québécois du gala. «J’ai vraiment envie de vous faire découvrir mon univers et de présenter un gala de qualité.»

Invités : Boucar Diouf, Jérémy Demay, Franky, Éric Antoine, Alex Fredo, Olivier de Benoist, Véronique Gallo, Kyan Khojandi, Tania Dutel, Jarry, Fabien Cloutier.

15 août

Les Denis Drolet, Inspiration country

Photo Jean-François Desgagnés

Il fallait bien les Denis Drolet, personnages à la fois absurdes, burlesques et trash, pour dire : «Tiens, on va faire un gala country!»

«C’est moi qui ai eu l’idée, se vante Vincent Léonard. On s’est posé la question à savoir ce qui vendrait le plus de billets, et je me suis dit que c’était en faisant du country. C’était un gag au départ, mais finalement, l’idée est devenue sérieuse­­­. On est des mélomanes, et l’idée est très riche pour nous.»

«Mais les fans de country sont mieux d’aller à Saint-Tite que de venir à notre gala», renchérit Sébastien Dubé.

Le duo, qui se réjouit de cette première animation de gala en 19 ans de participation assidue au ComediHa !, promet de ne pas faire un pastiche du country, mais jouera sur l’absurdité de la chose. De grands noms qui y sont associés seront de la partie.

Les Denis Drolet comptent bien mettre le paquet pour le numéro d’ouverture, avec costumes, perruques et invités. «Attachez votre tuque», lance Denis barbu.

Le country sert de prémisse à leurs numéros, mais ne plane pas sur le gala entier. Les Denis n’ont pas imposé le sujet à leurs invités, qui sont d’ailleurs moins champ gauche qu’eux. «On voulait un équilibre là-dessus», explique Sébastien Dubé.

Invités : Les Grandes Crues, Philippe Bond, Dominic et Martin, Guillaume Wagner, Jean-Thomas Jobin, Mario Jean, Jean-Michel Martel, Pierre Hébert­­­.

16 août

Pierre Hébertm, Esprit de famille

Photo Jean-François Desgagnés

Pierre Hébert n’était pas certain d’accepter d’animer le premier gala solo de sa carrière. «Mon show va bien, la télé va bien, la radio va bien. Je me suis dit : tout d’un coup que je me plante! Et puis je me suis dit qu’étant donné que j’ai la chienne, je vais le faire», lance l’humoriste qui aime les risques.

Pierre Hébert a posé deux conditions : d’abord, inviter seulement des humoristes qu’il aime.

Il s’offre ainsi le plaisir de partager la scène avec le comédien Marc Beaupré ainsi que Sébastien Dubé, le barbu des Denis Drolet. Il se targue aussi d’être le seul à avoir la nouvelle coqueluche de l’humour, Christine Morency, dans son gala. Son ami Martin Vachon, dont il a été le célébrant du mariage, sera aussi de la partie.

«Je les ai choisis parce que je les aime, parce qu’ils sont fins et que ça va être le fun backstage. Je leur ai dit : “Amenez vos blondes et vos enfants”. Quand il y a une telle chimie, ça se ressent sur scène, inévitablement. Ça va être le party autant sur scène qu’en coulisse», dit celui qui affectionne particulièrement Québec, puisque c’est dans la capitale que sa blonde et lui se sont dit oui.

Autre condition qu’il a imposée : livrer le contenu à la production seulement deux semaines avant le gala.

«J’ai pris une liberté pour faire un gala qui me ressemble. Parfois, il y a trop de monde qui donne son opinion. Là, j’ai l’impression que j’ai 18 ans et que mes parents me disent que je peux faire un party parce qu’ils ne seront pas là de la fin de semaine. Je veux que les gens sortent du gala en se disant : j’étais là.»

Invités : Michel Boujenah, Sam Breton, Martin Vachon, Luc Langevin, Christine Morency, Matthieu Pepper, Phil Roy, Mélanie Ghanimé, Étienne Dano.

17 août

Fabien Cloutier, Dans les extrêmes

Photo courtoisie

Pour une deuxième année de suite, le ComediHa ! pourra compter sur le regard vif, critique et caustique que pose Fabien Cloutier sur les travers de la société.

L’humoriste, comédien et dramaturge a écrit, entre autres, un numéro sur l’extrémisme dans la façon de pratiquer les loisirs, se moquant de ceux qui autrefois faisaient du jogging bien simplement, mais qui aujourd’hui «courent à côté de chez eux avec des kits d’expédition», ironise-t-il en riant.

Il se penchera aussi sur l’extrémisme dans les différentes croyances du milieu de la santé­­. «On croit à des remèdes de grand-mère, des trucs un peu bizarres, mais à côté de ça, tu as du monde qui ne croit pas aux vaccins.»

Après avoir animé le premier gala de sa vie l’an passé, Fabien Cloutier souhaitait secrètement être de nouveau invité. «J’ai aimé le côté hit and run, de travailler fort, d’arriver et de faire ça juste un soir.»

Parmi les invités, MC Gilles et Alain Crête, collègues au 98,5 FM à Montréal, formeront un duo improbable. «Alain Crête est un gars très, très drôle. On a répété le numéro et c’est hilarant», révèle Cloutier.

Il pourra aussi compter sur la présence de Martin Matte. «Je trouve ça important d’avoir des invités d’horizons différents, pour qu’on se laisse surprendre par des gens auxquels on n’aurait pas pensé.»

Invités : Kim Lévesque-Lizotte, Michel Boujenah, Boucar Diouf, Thomas Wiesel, MC Gilles et Alain Crête, Julien Corriveau, Louis T. Catherine Éthier, P-A Méthot, Martin Matte.