/entertainment/shows
Navigation

Childish Gambino: piste de danse pour clôturer Osheaga

Childish Gambino: piste de danse pour clôturer Osheaga
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Si on savait déjà que son talent est hors du commun, Childish Gambino l’a confirmé devant une foule impressionnante, dimanche, en clôturant la 14e édition d’Osheaga au parc Jean-Drapeau.

La tête d’affiche est arrivée comme un coup de tonnerre sur le coup de 21 h 35, affublé seulement d’un éclatant pantalon blanc. Immobile et grandiose, Childish Gambino a attendu que les applaudissements se calment un peu avant de commencer le spectacle.

Childish Gambino: piste de danse pour clôturer Osheaga
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Les festivaliers, qui n’en pouvaient visiblement plus d’attendre l’acteur, humoriste, réalisateur, rappeur et DJ - rien que ça! -, l’ont accueilli comme un roi. Il faut dire que Childish Gambino, qui cumule plus de 58 millions de visionnements sur YouTube pour son acclamé vidéoclip This Is America, semble réussir tout ce qu’il entreprend.

Après cette arrivée des plus dynamiques, Childish Gambino s’est exclamé «Bonjour Osheaga! Ça va? Aujourd’hui, mon but est de connecter avec vous», avant de lancer une de ses plus récentes chansons, Summertime Magic.

Bien vite, le parterre s’est transformé en piste de danse à perte de vue. Difficile de se frayer un chemin pour les malheureux qui ont décidé à la dernière minute de se joindre à la fête!

Impossible de passer sous silence que Tame Impala a su réchauffer l’ambiance à merveille pour Childish Gambino, grâce à un spectacle tout aussi hypnotisant que festif sur la Scène de la Montagne Coors Light. Devant des projections colorées et vaporeuses, le groupe australien de rock psychédélique a écoulé les entraînantes Let It Happen, Mind Mischief et Feels like We Only Go Backwards à un public qui ne tenait pas en place en cette troisième journée d’Osheaga.

Childish Gambino: piste de danse pour clôturer Osheaga
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Une tonne de moments forts

The Franklin Electric, groupe montréalais qui vient tout juste de lancer le EP In Your Head, a débuté tout doucement la journée. Après avoir fait rire les festivaliers un peu endormis avec un soudain «Tabarnak! Esti! Ça fait toujours réagir quand je sacre», Jon Matte a prouvé qu'il est bien possible de chanter chaque pièce comme si c'était la première fois en entonnant le succès This Is How I Let You Down.

Mention spéciale à Mac DeMarco, qui a encore su créer une ambiance de charmante déglingue à coups d’absurdes sauts dans les airs et de blagues aux festivaliers entre les On The Level, Another One et My Old Man.

Metric a aussi tiré son épingle du jeu auprès des nostalgiques, qui ont hurlé les paroles de Help I’m Alive, Breathing Underwater et Gimme Sympathy en dansant.

La 14e édition d’Osheaga s’est tenue du 2 au 4 août au parc Jean-Drapeau.