/24m/outings
Navigation

Jeux écossais de Montréal: cornemuses, kilts et marteau

Coup d'oeil sur cet article

Les Jeux écossais de Montréal, également connus comme les «Montreal Highland Games», sont un événement d’ampleur à travers lequel la culture écossaise peut s’exprimer haut et fort.

Ayant littéralement envahi le site de l’Institut Douglas, à Verdun, les Jeux écossais de Montréal ont représenté une grande fête ce dimanche à travers laquelle la musique, la culture et les sports écossais ont pu véritablement s’épanouir. On y retrouvait tout ce qui fait le charme de ce coin du monde: les ensembles de cornemuses et de percussions, les kilts et les mets typiquement écossais.

L’événement est également couru pour ses traditionnelles compétitions sportives. Des athlètes du Québec comme de l’extérieur s’y sont spécialement déplacés pour se prêter au lancer du poids, au lancer du tronc, au lancer de la gerbe (un sac de toile bourré de foin que l’on doit projeter au-dessus d’une barre située à 26 pieds du sol), et au lancer du marteau.

Ce marteau n’est pas du même genre que celui utilisé lors des Jeux olympiques: il est constitué d’un manche en rotin rigide que l’athlète lance de toutes ses forces au-dessus de ses épaules, les pieds bien fixés au sol. En Écosse, on fait comme les Écossais.

Un événement familial

La canicule étant maintenant derrière nous, mais le soleil s'obstinant toujours, la journée de dimanche avait tout pour attirer les jeunes comme les moins jeunes.

«Nous, on vient surtout pour la musique, la culture et les jeux. C'est impressionnant de voir quelqu'un lancer un arbre», explique le sourire aux lèvres Carolane Veilleux.

«Et pour le scotch et la bière», ajoute rapidement Francis Duguay, qui l'accompagnait pour l'occasion.

Diana Glennie, aux côtés de son père, souhaitait également participer à cette journée. « Mon père est écossais, moi je le suis à demi, tout comme mon ami, explique-t-elle. C’est juste pour faire quelque chose d’amusant, en plus c’est très proche d’où on habite. Tous les autres Highland Games sont vraiment éloignés et on ne serait pas en mesure d’y aller.»