/news/currentevents
Navigation

Une vision d’enfer sur la 440: quatre décès dans une collision mortelle

Coup d'oeil sur cet article

Le tragique accident impliquant une dizaine de véhicules, dont deux poids lourds, et qui a fait quatre morts lundi sur l’autoroute 440 ouest à Laval laissera des images d’horreur dans la mémoire des nombreux témoins de cette scène d’«apocalypse».  

Un des deux poids lourds qui a pris feu n’était plus qu’un tas de ferraille carbonisée quelques minutes plus tard.
Capture d'écran, TVA Nouvelles
Un des deux poids lourds qui a pris feu n’était plus qu’un tas de ferraille carbonisée quelques minutes plus tard.

«J’en ai eu des frissons. C’était une scène épeurante. Le feu était fou», a confié Roxanne Thuot, qui circulait en direction opposée tout juste après l’événement.  

«Il y avait énormément de fumée. C’était invraisemblable. J’étais certaine que ça allait exploser», a-t-elle ajouté, sous le choc des heures après le drame. 

Un des véhicules impliqués (à droite sur la photo) était méconnaissable après le terrible impact.
Photo Agence QMI, THE 4K GUY
Un des véhicules impliqués (à droite sur la photo) était méconnaissable après le terrible impact.

En plus des quatre victimes, six autres personnes ont été blessées, dont trois reposaient dans un état critique, faisant craindre que le bilan ne s’alourdisse. Un corps a d’ailleurs été trouvé dans les décombres tard lundi soir.  

Quatre ambulanciers et deux policiers ont également été transportés à l’hôpital après avoir été incommodés par la fumée ou parce qu’ils ont subi un choc nerveux

Causes inconnues  

Les causes exactes de l’accident, survenu à l’approche de l’autoroute 15, ne sont pas encore connues. Selon les premiers constats, «un premier véhicule lourd aurait embouti un véhicule de promenade, provoquant ainsi les collisions subséquentes», a indiqué Ann Mathieu, porte-parole de la Sûreté du Québec, qui mène l’enquête. 

Ann Mathieu.
Sûreté du Québec 
Photo ROGER GAGNON
Ann Mathieu. Sûreté du Québec 

Deux poids lourds ont pris feu sous la force de l’impact, ainsi qu’une voiture qui se serait trouvée prisonnière entre les deux mastodontes.  

«La scène était désolante, a laissé tomber François Guy. Je ne pense pas qu’il y ait de survivants dans ce véhicule-là.»  

«C’est traumatisant! Je peux vous dire que j'ai eu le cœur gros», a ajouté le témoin, qui circulait sur la voie de desserte au moment du drame. 

Photo courtoisie, M. VALLEE

Scène d’apocalypse  

Ève St-Germain a de son côté qualifié la vision qui s’est offerte à elle de «scène d’apocalypse», avec des flammes intenses. «On dirait que les gens ne savaient pas quoi faire. C’était vraiment le chaos. J’ai l’image qui me reste dans la tête», a-t-elle confié. 

Christian Grandmaison, chef aux opérations pour le service d’incendies de Laval, a indiqué qu’un des deux camions transportait une dizaine de bonbonnes de propane, ce qui a pu contribuer à l’intensité du brasier. 

«Déjà, à notre arrivée, on avait un véhicule de 53 pieds en flammes, avec un véhicule automobile pris sous ce véhicule-là, aussi en flammes. On a cinq autres véhicules qui sont un peu partout, dans les clôtures, dans les terre-pleins», a-t-il relaté.  

Un épais panache de fumée noire se dégageait de l’incendie et était d’ailleurs visible à plusieurs kilomètres à la ronde.  

Selon plusieurs automobilistes, le secteur où a eu lieu le carambolage fatal est propice aux accidents, car plusieurs véhicules doivent entrer et sortir des voies rapides sur une courte distance. 

 – Avec TVA Nouvelle et l’Agence QMI