/news/currentevents
Navigation

Happé après le décès de son père

Le chauffeur de taxi s’affairait à sortir des bagages quand un homme probablement au téléphone l’aurait tué

Coup d'oeil sur cet article

Un chauffeur de taxi de 60 ans, qui venait de retourner au boulot 48 heures après avoir enterré son père, a été happé mortellement, dimanche à Brossard, par un jeune conducteur qui aurait été distrait par son cellulaire.

 

« On essaie de tenir le coup, mais c’est vraiment un immense choc pour la famille », a soufflé Mario Barrak, le fils de la victime.

Dimanche, vers 20 h, son père Mickael Barrack s’est immobilisé en bordure du boulevard Marie-Victorin, près du boulevard Rome, pour y déposer des clients. Il s’agit d’un endroit désigné et censé être sécuritaire, où les taxis peuvent s’arrêter en toute légalité.

Il est ensuite sorti de sa minifourgonnette afin d’aller chercher les valises des passagers dans le coffre, a indiqué hier le Service de police de l’agglomération de Longueuil.

C’est à ce moment qu’il a été violemment happé par une Hyundai Genesis rouge.

Mickael Barrak a été conduit d’urgence à l’hôpital Charles-Lemoyne, à Longueuil, où son décès a été constaté en soirée. L’autre conducteur, âgé de 22 ans, a également été emmené vers un centre hospitalier pour traiter un choc nerveux.

Les passagers du taxi n’ont quant à eux subi aucune blessure.

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Deuxième coup dur

Il s’agit d’un deuxième dur coup en peu de temps pour les Barrak, qui venaient à peine de perdre le patriarche de la famille. Le père de la victime est décédé exactement une semaine plus tôt à l’âge de 89 ans. Le chauffeur de taxi avait d’ailleurs pris quelques jours de congé afin d’assister aux funérailles et à l’enterrement, qui a eu lieu vendredi. Le jour de sa mort, il s’agissait du premier quart de travail de Mickael Barrak depuis le décès de son père.

L’alcool et la drogue ne seraient pas en cause. C’est plutôt la thèse du cellulaire au volant qui est priorisée par les policiers.

Or, ce type d’enquête peut parfois être très long, puisque les autorités doivent d’abord obtenir un mandat pour analyser le téléphone du suspect.

Négligence criminelle

Par la suite, ils doivent dénicher de l’information permettant de prouver hors de tout doute que l’individu utilisait l’appareil au moment de la collision ou juste avant.

Ainsi, si les prétentions des enquêteurs s’avèrent fondées, le conducteur de 22 ans pourrait éventuellement être accusé de négligence criminelle causant la mort.

Mickael Barrak était marié depuis plus de trois décennies et père de deux hommes de 28 et 30 ans.

Le résident du secteur Saint-Hubert travaillait pour Allo Taxi depuis de nombreuses années. Il était assigné au service de taxi collectif, une initiative du Réseau de Transport de Longueuil pour desservir les endroits de la ville où les transports en commun sont moins accessibles. Le sexagénaire assurait la desserte des boulevards Saint-Laurent et Marie-Victorin, jusqu’au terminus Panama.

« C’était un excellent chauffeur qui offrait vraiment un service de qualité aux passagers. Je n’ai jamais eu de plainte contre lui », dit Lebbar Youssef, propriétaire de la compagnie Allo Taxi.

Être chauffeur de taxi n’était pas son premier choix de carrière, mais l’homme d’origine libanaise ne s’est jamais plaint et a toujours travaillé dur afin que sa famille ne manque de rien.

« Ce n’est pas évident pour un immigrant sans diplôme de décrocher l’emploi de ses rêves, a expliqué son fils Mario Barrak. Mais il prenait son travail au sérieux et il le faisait bien. »

La victime est dépeinte par ses proches comme un homme respectable au cœur généreux et qui était le pilier de sa famille.