/opinion/columnists
Navigation

La faute de Trump?

Coup d'oeil sur cet article

Encore une fois, les États-Unis font la manchette en raison du nombre épouvantable de tueries de masse qui s’y déroulent.

Encore une fois, un dialogue de sourds s’opérera entre ceux qui veulent assurer un meilleur contrôle des armes à feu et ceux qui se drapent avec aveuglement dans le sacro-saint deuxième amendement.

Parallèlement à ce sempiternel débat, une autre question s’impose de plus en plus : quel est le degré de responsabilité de l’actuel président américain dans le climat toxique qui prévaut dans son pays ?

Nuance

Les tueries de masse sont légion depuis longtemps aux USA. Il serait totalement injuste de blâmer unilatéralement Donald Trump. Les médias d’information, honnis par les adorateurs de Trump, doivent éviter de donner l’impression que celui-ci est le grand responsable des récentes atrocités.

D’ailleurs, le tueur d’El Paso aurait pris soin de spécifier dans un macabre manifeste que sa haine des immigrants était antérieure à l’arrivée au pouvoir de Trump.

Mais...

Il faudrait toutefois être totalement déconnecté pour ne pas considérer que The Donald contribue fortement à détériorer le climat social de son pays. Depuis son accession au pouvoir, il s’emploie à nourrir les divisions, particulièrement lorsqu’il est question d’immigration.

Encore hier, il a osé faire un lien entre l’importance de resserrer les critères entourant les ventes d’armes à feu et une réforme du système d’immigration. Il a même imputé une partie de la responsabilité aux médias qui alimenteraient le sentiment de rage dans le pays. Ces rapprochements sont non seulement stupides, mais ils sont dangereux.

Ce faisant, Donald Trump prouve une fois de plus qu’il ne tend pas à améliorer les choses. Et s’il est vrai que nous pouvons affirmer que ses prédécesseurs ont échoué à endiguer la problématique des tueries de masse, l’histoire retiendra que Donald Trump aura failli lui aussi, mais qu’il aura en plus contribué à empirer la situation.