/news/politics
Navigation

Les jeunes libéraux réclament la fin du multiculturalisme au Québec

Coup d'oeil sur cet article

 La commission jeunesse du Parti libéral du Québec (PLQ) proposera à ses membres, qui seront réunis en congrès cette fin de semaine à Québec, d’exiger que le futur chef s’engage à adopter une loi sur l’interculturalisme.  

 En entrevue exclusive à TVA Nouvelles, le président de la commission jeunesse Stéphane Stril, estime que sa formation a le devoir de reconnecter avec la majorité francophone. Le 7 octobre 2018, le PLQ a subi la pire défaite de son histoire en obtenant un peu plus de 24 % des intentions de vote.  

 La commission jeunesse va proposer pour ramener les électeurs que les libéraux rejettent le multiculturalisme canadien comme l’avait fait Robert Bourassa. «Robert Bourassa considérait que le multiculturalisme n'était pas adapté à la réalité du Québec, parce qu'on est une nation, qui bien qu'on soit majoritaire, c'est une nation minoritaire dans un océan anglophone nord-américain», soutient M Stril.  

 Le multiculturalisme défendu par Justin Trudeau ne répond pas aux aspirations des Québécois, dit-il. «Lui, il est très multiculturel, parce que dans la réalité canadienne, pour les autres provinces c'est le modèle le plus adapté pour eux, mais dans le contexte québécois le modèle c'est l'interculturalisme».  

 Le président sortant de la commission jeunesse estime que la crainte de voir sa culture s'éteindre au profit des autres est un mal qui secoue les sociétés occidentales, mais qu’on doit faire la promotion de la culture québécoise en luttant contre les stéréotypes et la peur de l’autre. Selon lui, la défense de l'identité québécoise a été réduite par la CAQ au simple débat sur les signes religieux et la peur de l'autre. Il prône plutôt la promotion de l’identité québécoise.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

«Il faut protéger la langue, protéger la culture, faire rayonner la culture québécoise au Québec, à l'international, protéger notre patrimoine, faire connaître notre histoire à nos jeunes», clame-t-il.  

 La bonne façon de faire cette promotion passe par l’interculturalisme, ajoute Stéphane Stril, plutôt que la loi sur les signes religieux qui exclut une partie de la population québécoise puisqu’elle ne pourra réaliser ses rêves.  

 «L'interculturalisme, c'est de reconnaître la présence d'un groupe majoritaire, qui est la communauté francophone au Québec. C'est affirmer que la langue commune c'est le français et, que l'intégration des immigrants doit passer par l'apprentissage de cette langue et c'est de miser sur les échanges interculturels, sur le dialogue entre la majorité et les minorités», explique le président de la commission jeunesse.  

 Cette loi devra aussi parler d’environnement, parce que l’environnement fait partie de l’identité québécoise. Cela devrait ainsi permettre au futur leader du PLQ de se rebrancher avec la majorité francophone.  

 «Faut qu'on soit, en tant que parti politique, capable de dire concrètement que le débat identitaire, il n'est pas terminé. Il faut que le Parti libéral participe à ce débat de façon constructive, de façon positive», conclut M Stril.