/news/currentevents
Navigation

Le camionneur aurait été distrait, croit la police

Son téléphone cellulaire pourrait faire l’objet d’une expertise approfondie

Coup d'oeil sur cet article

Une distraction au volant pourrait être à l’origine du terrible accident survenu lundi sur l’autoroute 440 ouest à Laval, où quatre personnes ont péri.

Au lendemain de la tragédie, les enquêteurs de la Sûreté du Québec ne comprenaient toujours pas pourquoi Jagmeet Grewal, le conducteur du premier poids lourd impliqué, n’avait pas réagi plus tôt à une voiture immobilisée devant lui.

Les pompiers ont travaillé d’arrache-pied pour éteindre le brasier qui a carbonisé des poids lourds et plusieurs véhicules sur l’autoroute 440 ouest, lundi.
Photo agence qmi, the 4k Guy
Les pompiers ont travaillé d’arrache-pied pour éteindre le brasier qui a carbonisé des poids lourds et plusieurs véhicules sur l’autoroute 440 ouest, lundi.

Dévasté et sous le choc, le camionneur de 53 ans était quant à lui incapable de discuter des circonstances du drame avec sa femme et ses trois enfants, mardi.

«Il n’a pas dormi de la nuit. Personne n’a vraiment dormi dans la famille», a soufflé la fille aînée de M. Grewal, à qui Le Journal a pu parler devant sa résidence de Dorval.

L’accident s’est produit vers 15h30 lundi, alors que le conducteur, qui possède sa compagnie depuis plus de 20 ans, circulait dans la voie de droite de l’autoroute 440 menant à la bretelle pour l’autoroute 15 nord. Sous la force de l’impact, la voiture qui le précédait s’est retrouvée écrasée sous son mastodonte. Une série d’autres collisions se sont enchaînées, impliquant neuf véhicules au total.

Véhicules carbonisés

Quelques secondes après l’accident, un panache de fumée noire se dégageait du poids lourd.

Le semi-remorque s’est rapidement enflammé, carbonisant au passage plusieurs autres automobiles à proximité.

Le bilan final s’est avéré désastreux: 19 victimes, dont quatre morts et trois blessés dans un état critique.

«J’avais l’impression d’être sur les lieux d’un écrasement d’avion, illustre Danny Morin, un automobiliste qui a été témoin de toute la scène. J’ai vu des autos revoler et il y avait des débris partout.»

Après avoir examiné les lieux et interrogé des témoins, les enquêteurs croient que le camionneur à l’origine du carambolage pourrait avoir été distrait par quelque chose peu avant l’impact.

Cela expliquerait son délai de freinage, jugé anormalement lent, selon nos sources.

Bien que le cellulaire soit souvent le premier élément qui vient en tête lorsqu’il est question de distraction au volant, les limiers ne ferment aucune porte. Ils commenceront bien sûr par analyser le téléphone du camionneur, mais d’autres pistes seront aussi étudiées.

Ceci étant dit, d’autres facteurs seront pris en considération afin d’expliquer le drame, notamment la congestion et la configuration de cette parcelle de l’autoroute 440, jugée dangereuse par de nombreux automobilistes.

Négligence?

Si les enquêteurs parviennent à prouver que M. Grewal a fait preuve de négligence criminelle, des accusations pourraient suivre. Le quinquagénaire a déjà eu affaire à la justice, notamment en 1991, lorsqu’il avait été reconnu coupable d’avoir conduit avec les facultés affaiblies. Cependant, dans le cas présent, rien ne laisse croire aux enquêteurs que le camionneur était sous l’effet d’une quelconque substance.


Bilan du carambolage

  • 4 morts
  • 15 blessés, dont trois dans un état critique