/entertainment/music
Navigation

Des groupes de Montréal qui «rockent» en anglais

Half Moon Run
Photo d'archives Agence QMI, Mario Beauregard Half Moon Run

Coup d'oeil sur cet article

Quand on parle musique, Montréal a toutes les raisons d'être au cœur des discussions. Avec ses artistes de différents styles, langues et origines, le nom de la métropole est à juste titre souvent prononcé. Alors que plusieurs groupes font carrière en français, d’autres sont bien lancés en anglais. En voici sept qui ont su se démarquer dans la langue de Shakespeare.

Arcade Fire

Half Moon Run
Photo d'archives Wenn.com

Depuis plusieurs années déjà, la formation Arcade Fire s'attire les éloges des critiques et du public à travers le monde. 

Créée en sol montréalais au tout début du nouveau millénaire par le leader Win Butler et l'ancien membre Josh Deu, alors tous deux universitaires, la bande a fait paraître cinq efforts studio qui ont beaucoup fait jaser. 

Avec son troisième intitulé The Suburbs, paru en 2010, ce fut la consécration, car le groupe a été primé aux Grammys, aux prix Juno et aux Brit Awards. 

Les musiciens reçoivent aussi des honneurs en raison de leur engagement humanitaire en Haïti. L'organisation Artists for Peace and Justice leur a d'ailleurs décerné un prix en juin à Montréal.

Half Moon Run

Half Moon Run
Photo d'archives Agence QMI, Mario Beauregard

Autrefois résidents de la Colombie-Britannique et de l'Ontario, les quatre gars qui composent Half Moon Run sont maintenant de fiers Montréalais. 

Avant même que leur formation puisse fêter sa première décennie d'existence, ils se sont forgé une réputation fort enviable, surtout après avoir offert plusieurs solides et remarquées prestations sur scène durant lesquelles ils n’ont pas lésiné pas sur la quantité d'instruments. 

Le groupe a joué dans de gros festivals, s'est lancé à l'assaut de la planète dès la sortie de son premier album, Dark Eyes, et s'apprête à en proposer un troisième au cours des prochains mois avant de reprendre la route.

The Dears

L'union entre Murray Lightburn et Natalia Yanchak pourrait difficilement être plus réussie. En plus d'être mariés et d'avoir des enfants, les deux artistes sont liés depuis plus de 20 ans grâce à la musique. 

Les amoureux sont la force de la formation montréalaise indépendante The Dears qui a déjà proposé sept opus studio malgré de multiples changements au niveau de son personnel. 

La sortie de l'effort No Cities Left a été marquée par une importante tournée un peu partout sur le globe et a permis au groupe de faire sa place dans le paysage musical. N'ayant pas peur des arrangements orchestraux, The Dears chante encore l'amour et les relations humaines.

Sam Roberts Band

Half Moon Run
Photo d'archives Agence QMI

Le Montréalais Sam Roberts fait résonner sa guitare électrique et son rock depuis maintenant plus d'un quart de siècle. 

Après avoir goûté aux joies d'un groupe (William devenu Northstar), il a cru en lui et a bâti les bases de sa carrière solo avec trois disques, dont le deuxième, We Were Born in a Flame a été synonyme de trois prix Juno: Artiste, Album et Album rock et de l'année.

Reconnu pour livrer la marchandise devant public en compagnie de ses musiciens, le chanteur est revenu à la charge en 2011 avec l'effort Collider, mais cette fois sous le nom Sam Roberts Band, réaffirmant ainsi la force de l'équipe qui l'appuie en spectacle et lors des enregistrements.

The Planet Smashers

Quiconque croit que le ska est mort n'a qu'à se tourner vers la musique concoctée par The Planet Smashers. 

Fidèle à ses racines où le punk a un rôle important à jouer, la formation n'a cessé d'exploiter le genre qui lui convient, peu importe qu'il soit ou non la saveur du mois. 

Continuant de rouler sa bosse avec l'énergie qu'on lui connaît, le groupe masculin a réussi l'exploit de ne pas perdre son essence au fil des ans et des modes, si bien que plus tôt cette année, il a célébré ses 25 années de communion avec la sortie de 14 nouvelles chansons regroupées dans un album intitulé Too Much Information.

Plants and Animals

Il faut remonter à l'enfance du guitariste Warren Spicer et du batteur Matthew Woodley, en Nouvelle-Écosse, pour avoir droit aux balbutiements de leur amitié. 

Et à l'époque du secondaire pour qu'il soit possible de parler de leurs différentes contributions musicales. Mais c'est à Montréal que le groupe rock Plants and Animals a véritablement pris forme avec l'ajout du bassiste Nicolas Basque. 

La formation s'est dévoilée avec la sortie de certaines chansons de 2003 à 2007, mais c'est en 2008, fort de son premier album longue durée, Parc Avenue, que les choses ont décollé. 

À des nominations pour les Juno Awards, il faut ajouter une présence au sein de la courte liste du prestigieux prix Polaris cette année-là.

We Are Wolves

Half Moon Run
Photo courtoisie

Le trio montréalais We Are Wolves marie non seulement les genres (punk, pop, rock, dance), mais aussi les langues (anglais, français, espagnol). 

Créé au tournant du nouveau millénaire, le groupe a obtenu le nom qu'on lui connaît en 2002, soit trois ans avant la sortie de Non-Stop je te plie en deux, son tout premier effort. 

Au cours des 11 années qui ont suivi, les musiciens ont bâti quatre autres opus. De plus, leurs admirateurs pourront écouter leur nouvelle galette, La main de Dieu, le 16 août. Outre le Québec, la formation a déjà bien visité le reste du Canada, les États-Unis et l'Europe.