/investigations
Navigation

La protection de l’eau, une priorité en 2020, promet la CAQ

La protection de l’eau, une priorité en 2020, promet la CAQ
Photo courtoisie, Barry Husk

Coup d'oeil sur cet article

Préoccupé par la santé des lacs et jugeant insuffisante la surveillance qui en est faite, le ministre de l’Environnement promet de faire de la protection de l’eau une priorité en 2020.

«C’est une situation préoccupante», a réagi Benoit Charette, ministre de l’Environnement, en réaction au reportage de notre Bureau d’enquête sur l’état des lacs.

«Clairement, la surveillance, telle qu’elle se fait maintenant, est certainement déficiente», reconnaît-il.

Le ministre de l’Environnement Benoit Charette jeudi dernier à Lévis.
Photo d'archives, Stevens LeBlanc
Le ministre de l’Environnement Benoit Charette jeudi dernier à Lévis.

À la suite d’une analyse du Réseau de surveillance volontaire des lacs, nous révélions que 200 des 814 lacs examinés sont affectés par un vieillissement accéléré en raison des activités humaines.

De plus, un lac en mauvaise santé est plus propice à être touché par des fleurs d’eau de cyanobactéries (algues bleu vert), ce qui peut menacer certaines espèces aquatiques, mais aussi les plans d’eau potable et la baignade.

Or, le ministère de l’Environnement a considérablement réduit le nombre d’inspections de lacs. L’an dernier, seuls 12 lacs ont été inspectés contre 578 en 2008.

«Rôle accru»

«[La surveillance] repose beaucoup sur la bonne volonté des gens, ce qui est déjà beaucoup et apprécié. Mais malheureusement, il y a un accompagnement qui est insuffisant pour les associations qui prennent sur elles de faire notamment des analyses, résume le ministre. Et une fois une problématique identifiée, souvent les municipalités sont laissées à elles-mêmes pour ce qui est des lacs avec accès public à l’eau.»

Dans l’immédiat, le ministre en est toutefois encore à établir sa stratégie en matière de protection de l’eau.

«On consacre l’année 2019 à la gestion des matières résiduelles, mais je peux vous confirmer que l’année 2020 sera largement consacrée à la thématique de l’eau», a-t-il assuré.

Au cours des dernières semaines, le ministre a tenu une série de rencontres pour préparer la nouvelle stratégie en matière d’eau.

Il a notamment rencontré Alain Webster, président du Conseil québécois de l’eau. Ce dernier a confirmé au Journal qu’un de leurs objectifs sera d’améliorer le Réseau de surveillance volontaire des lacs.

La protection de l’eau sera aussi un volet du Projet Saint-Laurent et sera dotée d’un «budget conséquent», promet le ministre.

Il rappelle aussi que son ministère a accordé en février dernier une enveloppe de 8,5 millions $ aux MRC pour les aider à mieux protéger les milieux humides et hydriques.