/sports/racing
Navigation

«Les dés étaient pipés pour Villeneuve»

Claude Bourbonnais revient sur son accrochage controversé en 1993

Le vétéran Claude Bourbonnais participera aux trois épreuves de Formule Atlantique en fin de semaine au Grand Prix de Trois-Rivières.
Photo Louis Butcher Le vétéran Claude Bourbonnais participera aux trois épreuves de Formule Atlantique en fin de semaine au Grand Prix de Trois-Rivières.

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | Seize ans après sa dernière présence sur la piste, Claude Bourbonnais va renouer avec la compétition au Grand Prix de Trois-Rivières en fin de semaine.

Il sera l’un des dix pilotes à courir en Formule Atlantique, une série culte qui a marqué l’histoire de l’événement et qui revient à la programmation pour souligner le 50e anniversaire du GP3R.

« J’y vais pour m’amuser, a-t-il raconté en entrevue au Journal. C’était difficile de refuser une telle invitation. Mais bon, on verra comment ça va se passer. Je dois remercier mes commanditaires, Perry Autos et Trois-Rivières Toyota. »

Bourbonnais, âgé de 54 ans, s’est vu confier l’une des monoplaces de Luc Lesage, qui lui aussi sera de la partie.

Boîte de vitesses fragile

« Nous sommes allés tester la voiture [une Swift 08 de l’année 1999] lundi à Saint-Eustache, a-t-il poursuivi, et tout s’est bien déroulé. Ma seule crainte, c’est la fragilité de la boîte de vitesses. J’espère juste que la mécanique va tenir le coup. »

Trois épreuves de Formule Atlantique sont prévues à l’horaire de la fin de semaine. L’une samedi et les deux autres le lendemain.

Bourbonnais a connu un beau parcours en Formule Atlantique en remportant 14 victoires en 36 départs.

Il a été l’un des pilotes issus de la fameuse filière Player’s qui a permis à plusieurs représentants de l’unifolié de gravir les échelons de la course automobile. On n’a qu’à mentionner les Jacques Villeneuve, le fils de Gilles, Patrick Carpentier, Greg Moore, Alexandre Tagliani et Bertrand Godin, notamment.

« De la foutaise... »

D’ailleurs, on ne peut dissocier les noms de Villeneuve et de Bourbonnais, qui ont été impliqués dans un accrochage controversé en Formule Atlantique dans les rues de Trois-Rivières en 1993.

Plusieurs ont dit que c’est à ce moment précis que la carrière de Bourbonnais a pris une tangente vers le bas. Le principal intéressé n’est pas d’accord.

« Tout ça, prétend-il, c’est de la foutaise. Cet accident n’a rien changé pour moi. Le but c’était de le faire graduer en IndyCar dès l’année suivante, peu importe ses résultats. Les dés étaient pipés pour Villeneuve. Moi, on ne m’a rien promis. »

En 1993, Bourbonnais, auteur de sept victoires pendant la saison, a terminé deuxième au championnat (remporté par l’Ontarien David Empringham) tout juste devant Villeneuve.

Rappelons donc les faits. Alors en plein duel sur la piste, les deux pilotes québécois (et coéquipiers), qui s’étaient retrouvés en queue de peloton après un départ chaotique, s’accrochent à Trois-Rivières au 18e des 50 tours de l’épreuve.

« Quoique plus rapide, je suis resté derrière lui pendant toute la course avant notre accident, se souvient Bourbonnais. Il pilotait de façon défensive pour empêcher toute manœuvre de ma part.

« Puis, à la sortie du virage Ryan, je ne sais pas trop ce qui s’est passé. Il a levé le pied pour une raison que j’ignore. Toujours est-il que j’ai vu l’ouverture et je suis parvenu à sa hauteur. Mais il a tourné comme si je n’étais pas là. Après la course, il m’a dit qu’il ne m’avait jamais vu... »

Un doublé probable

Bourbonnais est convaincu que cet incident a ruiné toute chance à son équipe d’orchestrer un doublé. Empringham, qui était derrière les deux coéquipiers au moment de l’accident, a remporté la course devant un certain... Jacques Villeneuve, le frère de Gilles.

« Je pense qu’on aurait accédé aux deux plus hautes marches du podium. On était plus rapides que les autres de près d’une seconde au tour. »

Une dernière course à bord d’une Jaguar

C’est en 2003 que Claude Bourbonnais a roulé dans les rues de Trois-Rivières pour la dernière fois.

À bord d’une rutilante Jaguar XKR en série Trans-Am, il s’était qualifié au troisième rang, avant de rallier l’arrivée à la sixième position.

« J’ai apprécié cette expérience, mais c’est en Formule Atlantique que le Grand Prix de Trois-Rivières m’a donné les plus grandes satisfactions, a-t-il souligné, même si je n’ai jamais gagné en Mauricie. En fait, je n’ai jamais remporté de courses au Québec. »

Malgré tout, Bourbonnais n’a que de bons mots à l’endroit du GP3R.

« Le Grand Prix de Trois-Rivières a mis Gilles Villeneuve sur la carte, dit-il, et Gilles Villeneuve a mis le Grand Prix de Trois-Rivières sur la carte. Leur impact a été considérable. »


► Bourbonnais a été victime d’un accident de la route en novembre quand il a percuté l’arrière d’un chasse-neige. Outre ses neuf côtes fracturées, on a dû lui « refaire le nez » et une opération est prévue sous peu pour soigner un de ses genoux amochés. Il a aussi subi une profonde coupure à la langue. « Elle est encore gelée, mais je sens de l’amélioration », dit-il.

► Candidat défait de la CAQ dans le comté de Vaudreuil aux dernières élections, Bourbonnais est déjà à pied d’œuvre pour le scrutin en 2022. « Ce n’est que partie remise. On vend des cartes de membres et on organise des soupers-bénéfices », déclare celui qui s’était classé deuxième avec 32,6 % des votes derrière sa rivale Marie-Claude Nichols (39,9 %).