/opinion/columnists
Navigation

Les jeunes libéraux et le multiculturalisme

Coup d'oeil sur cet article

À la grande surprise de tout le monde, les jeunes libéraux du Québec ont annoncé qu’ils proposeront que leur parti rompe avec le multiculturalisme canadien. Ce modèle, disent-ils, convient aux provinces anglaises, mais il ne cadre pas avec la spécificité québécoise en Amérique. Ils proposent que le Québec mise plutôt sur l’interculturalisme.

Les mots ne sont pas sans importance et cette rupture est la bienvenue. Les jeunes du PLQ cherchent ici à envoyer un signal positif à la majorité historique francophone, en enregistrant le fait qu’elle n’est pas une communauté parmi d’autres, mais le cœur de la nation.

Francophones

Ils ont compris qu’il leur faut rejeter l’idéologie multiculturaliste pour se faire entendre des Québécois. Comme qui dirait, c’est un bon coup de marketing politique.

Mais on peut aussi jouer avec les mots, et c’est ce que font malheureusement les jeunes libéraux. Car les différences entre le multiculturalisme et l’interculturalisme, quoi qu’on en dise, sont mineures.

On pouvait le constater en lisant le fameux rapport Bouchard-Taylor, dont on a tant parlé pendant une dizaine d’années, et qui était surtout célébré par ceux qui ne l’avaient pas lu. L’interculturalisme y apparaissait comme une version québécoise du multiculturalisme. Pour reprendre la formule consacrée, il s’agit du multiculturalisme canadien, avec ce qui reste de la loi 101.

Si on ne prend pas la peine de définir les mots, on se laisse facilement emberlificoter. Alors, prenons la peine de les définir.

Au cœur du multiculturalisme, on trouve un principe central : l’inversion du devoir d’intégration. Traditionnellement, c’était la responsabilité de l’immigré de prendre le pli identitaire de la société d’accueil. Désormais, c’est la société d’accueil qui doit se transformer pour s’adapter à la « diversité ». Qu’on ne nous fasse pas croire qu’il suffirait de trouver un point d’équilibre. En dernière instance, il faut trancher. Qui s’intègre à qui ?

On ne saurait se contenter d’une intégration minimaliste, sans substance.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

La véritable intégration, au Québec, consiste à adhérer, puis à s’identifier à la majorité historique francophone. Cela consiste à apprendre à dire Nous avec elle, en s’appropriant ses mœurs, sa culture et son histoire. Il s’agit en fait d’adhérer au destin singulier de notre peuple et de faire sien son combat, même s’il y a évidemment plusieurs manières de le mener. Celui ou celle qui accepte cela deviendra québécois.

Ce principe a un nom : la culture de convergence. Espérons d’ailleurs qu’il inspirera le gouvernement Legault.

Marketing

Les jeunes libéraux proposent-ils de suspendre l’application de la loi fédérale sur le multiculturalisme au Québec ?

Proposent-ils de prendre les moyens nécessaires pour que le français redevienne la véritable langue commune à Montréal ?

Sont-ils prêts à accepter la charte de la laïcité ?

Si ce n’est pas le cas, on devra dire, malheureusement, que la rupture des jeunes libéraux avec le multiculturalisme n’est qu’un jeu de mots destiné à nous tromper.

Jeunes libéraux, encore un effort, si vous voulez vraiment rompre avec le multiculturalisme !