/news/currentevents
Navigation

Tragédie de l'A440: deux policiers parmi les victimes de l’horrible accident

Les amoureux avaient l’intention de voyager partout à travers le monde depuis qu’ils étaient à la retraite

Coup d'oeil sur cet article

Un couple de policiers de Montréal qui s’apprêtait à profiter de sa récente retraite pour assouvir sa passion du voyage a péri dans la série de collisions survenues lundi sur l’autoroute 440 ouest à Laval.

Gilles Marsolais, 54 ans, et Michèle Bernier, 48 ans, se trouvaient à bord de leur Acura rouge lorsqu’ils ont été impliqués bien malgré eux dans l’accident.

Après avoir servi pendant plusieurs années au sein du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), les amoureux avaient pris leur retraite il y a environ un an. Tous deux parents d’enfants issus d’unions précédentes, les agents retraités vivaient dans un quadruplex d’Ahuntsic-Cartierville, à Montréal.

Ils avaient récemment mis leur chalet de Saint-Calixte en vente. Selon certains proches, le couple avait la tête pleine de projets et rêvait de voyager à travers le monde.

Au moment où il a choisi de remettre son badge, Gilles Marsolais travaillait au poste de quartier 10, qui dessert les secteurs de Bordeaux et Cartierville, dans le nord de la métropole.

Sa conjointe faisait partie de la section des enquêtes collisions.

Cette parcelle de l’autoroute 440 ouest a été fermée pendant plus de 12 heures, notamment afin de permettre aux enquêteurs de récolter tous les éléments de preuve. 
Photo d’archives
Cette parcelle de l’autoroute 440 ouest a été fermée pendant plus de 12 heures, notamment afin de permettre aux enquêteurs de récolter tous les éléments de preuve. 

«Tu vas me manquer»

Jeudi, lorsque leurs noms se sont mis à circuler, les messages de soutien et les condoléances ont afflué sur les réseaux sociaux. Comme c’est le cas chaque fois qu’un policier meurt, plusieurs collègues ont modifié leur photo de profil par un ruban noir avec le logo du SPVM.

«Ma belle Michèle. Je n’y crois tout simplement pas. Tu vas me manquer», a écrit une consœur sur la page Facebook de la mère de famille.

«La vie est injuste parfois... Je viens de perdre quelqu’un qui me servait de mentor», a pour sa part écrit un autre policier au sujet de Gilles Marsolais.

Des voisins rencontrés jeudi ne tarissaient pas d’éloges envers le couple, qui était aussi leur propriétaire. Il n’était d’ailleurs pas rare pour les habitants de l’immeuble de se réunir pour partager un repas ou pour jouer à des jeux de société.

«C’était des gens simples, prêts à accueillir tout le monde. Quand je suis arrivée de France, ils nous ont mis à l’aise directement», a confié au Journal Hélène Pokropek, visiblement émue.

Ironiquement, elle avait passé à côté de la scène lundi peu après l’accident, sans se douter qu’elle connaissait deux des victimes.

Bien que tout l’entourage du couple est déjà au courant, leur identité n’a pas encore été confirmée formellement par le coroner.

Le troisième décès

C’est aussi le cas d’un autre automobiliste de 55 ans mort dans la collision. Il se trouvait seul dans son véhicule.

Dans son cas, tous ses proches ne sont pas encore informés de son décès. Nous tairons donc son identité ainsi que la marque de sa voiture.

Une partie des résultats des analyses dentaires et d’ADN devraient être disponibles aujourd’hui et pourraient apporter un petit baume sur la peine qui afflige les familles touchées.

La quatrième et dernière victime de la tragédie est Robert Tanguay Laplante. L’homme de 26 ans se rendait au garage pour faire changer l’huile de son Ford Focus noir au moment de l’accident. Il est le premier à avoir été identifié formellement par le coroner.

L’enquête policière se poursuit afin de comprendre pour quelle raison Jagmeet Grewal, le chauffeur du poids lourd à l’origine de l’accident, n’a pas freiné plus tôt en voyant qu’une automobil­e était pratiquement immobilisée devant lui.

La thèse priorisée par les autorités est celle de la distraction au volant. Le téléphone du camionneur de 53 ans ainsi que toutes les informations qui se retrouvent sur son réseau seront analysés.

Si les policiers en viennent à la conclusion que Jagmeet Grewal a fait preuve de négligence criminelle, le père de famille qui travaille à son compte risque des accusations sérieuses.

– Avec la collaboration d’Andrea Valeria et de Pascal Dugas Bourdon

Trois des quatre victimes

Robert Tanguay Laplante
Photo Facebook
Robert Tanguay Laplante
Michèle Bernier
Photo Facebook
Michèle Bernier
Gilles Marsolais
Photo Facebook
Gilles Marsolais