/sports/tennis
Navigation

Bianca Andreescu et Serena Williams ont rendez-vous en finale

Coup d'oeil sur cet article

Bianca Andreescu a écrit une nouvelle page d’histoire, samedi après-midi, à Toronto, en devenant la première Canadienne à atteindre la finale de la Coupe Rogers, qui célèbre cette année son 40e anniversaire. En ronde ultime, elle affrontera nulle autre que l’Américaine Serena Williams.

L’Ontarienne de 19 ans a réussi l’exploit en défaisant l’étoile montante du tennis américain Sofia Kenin, 29e au monde, en deux manches de 6-4 et 7-6(5).

De retour d’une blessure à l’épaule droite, la joueuse de Mississauga dispute son premier tournoi en près de deux mois. Avant de s’amener à Toronto, elle n’avait joué qu’un seul match sur le circuit depuis le tournoi de Miami, en mars dernier.

«C’est tellement incroyable d’être en finale de la Coupe Rogers. Je n’avais aucune attente en venant à ce tournoi, a lancé Andreescu. Après tout ce que j’ai traversé... les derniers mois ont été vraiment, vraiment difficiles. Juste d’être ici présentement, c’est formidable.»

Il s’agit d’une première victoire en deux manches pour Andreescu depuis le début du tournoi. Plus tôt cette semaine, la 27e raquette mondiale a gagné des matchs marathons contre la Québécoise Eugenie Bouchard (112e au monde), la Russe Daria Kasatkina (40e), la Néerlandaise Kiki Bertens (5e) et la Tchèque Karolina Pliskova (3e).

Après avoir laissé filer une avance de 5-2 face à Kenin, l’Ontarienne a réussi à conclure au bris d’égalité, avec sa cinquième balle de match.

«À 5-2, c’est difficile de ne pas penser à ce qui s’en vient. J’étais à un jeu de la victoire. Je crois que ça m’a déstabilisée un peu. Puis à 6-5, je ne vais pas mentir, j’étais vraiment nerveuse. Il y avait tellement de pensées qui se bousculaient dans ma tête. J’ai essayé de rester le plus calme possible et ça m’a aidée.»

Un grand défi

En ronde ultime, elle croisera le fer avec Serena Williams qui a vaincu la Tchèque Marie Bouzkova en trois manches de 1-6, 6-3 et 6-3 en soirée, dans l’autre demi-finale. Le souhait d’Andreescu sera donc exaucé dimanche, elle qui espérait beaucoup affronter la grande dame du tennis américain.

«Ce serait une expérience incroyable de jouer contre une joueuse qui a remporté 23 tournois du Grand Chelem, avait dit l’Ontarienne après son match. Ce serait un honneur de partager le court avec elle. Quand je joue, je n’ai peur de rien alors j’espère que ce sera encore le cas si je l’affronte.»

De son côté, Williams n’a pas caché dans son entrevue d’après-match qu’elle souhaitait affronter Andreescu depuis un certain moment déjà. En effet, elle a assisté à l’évolution de la jeune Canadienne depuis que cette dernière a vaincu sa sœur Venus en début d’année, au tournoi d’Auckland. «C’est depuis ce moment-là qu’elle est sur mon radar.»

«Elle n’a pas joué beaucoup [ces dernières semaines], mais elle a gagné beaucoup de matchs. Elle fait vraiment bien», a reconnu l’Américaine de 37 ans.

«Les gens seront assurément de son côté, ce qui est compréhensible. Heureusement, j’ai déjà joué devant ce type de foule dans ma carrière, alors ça devrait aller.»

Andreescu sera en quête d’un troisième titre cette saison sur le circuit de la WTA, un deuxième dans la série Premier après celui à Indian Wells en mars.

En 1969, à Toronto, la Canadienne Faye Urban avait remporté l’Omnium canadien contre sa compatriote Vicky Berner. C’était toutefois avant l’ère du tournoi qui allait devenir la Coupe Rogers. Avant 1979, le tournoi se jouait d’ailleurs sur terre battue.

Les finales de Bianca Andreescu en 2019:

  • 6 janvier: Finaliste au tournoi d’Auckland (WTA International), en Nouvelle-Zélande. Elle s’incline 2-6, 7-5 et 6-1 devant l’Allemande Julia Goerges.
  • 27 janvier: Championne du Challenger de Newport Beach (WTA 125), en Californie. L’emporte 0-6, 6-4 et 6-2 en finale face à l’Américaine Jessica Pegula.
  • 17 mars: Championne du tournoi d’Indian Wells (Premier Mandatory), en Californie. En finale, elle défait l’Allemande Angelique Kerber 6-4, 3-6 et 6-4.
Sur le même sujet