/opinion/columnists
Navigation

C’est un ange!

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques jours, dans le Huffington Post, une journaliste queer a écrit qu’elle refuse de dire aux gens qu’elle croise si son bébé de 17 mois est un gars ou une fille.

Selon elle, les parents ne devraient pas imposer un genre à leurs enfants. Ça les limite, ça les enferme.

C’est aux enfants eux-mêmes de choisir de quel genre ils sont.

S’ils décident de choisir un genre...

Car ils pourraient aussi choisir de ne pas avoir de genre. D’être des individus non genrés.

Ni homme ni femme.

Des anges.

DES ÂMES SANS CORPS

« Pourquoi ne pas laisser un maximum d’options et d’espace à nos enfants, plutôt que de leur imposer des barrières rigides qui les enferment ? » demande-t-elle.

« J’estime que les stéréotypes de genre que nous perpétuons dans notre société – garçon ou fille – sont dangereux. »

C’est dangereux de dire à une petite fille qu’elle est une petite fille ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Eh bien.

On n’a plus les bandits qu’on avait...

Et leur dire qu’ils sont des êtres humains, c’est dangereux aussi ? On devrait aussi permettre à nos enfants de choisir leur espèce ?

« Regarde, bébé 1V3HGX. Tu es un être vivant. C’est tout ce que je peux te dire. Tu vis, tu respires. Le restant, c’est toi qui choisis. Tu veux être un chien ? Parfait, tu es un chien. Tu veux être un cactus ? Tu es un cactus.

« L’important est de ne pas t’emprisonner dans une identité. De laisser toutes les options ouvertes. De te permettre d’être qui tu veux, quand tu veux. »

« Tu veux être un Mexicain même si tu es venu au monde au Québec de parents québécois ? Parfait, tu es Mexicain ! Ce n’est toujours pas moi qui vais t’imposer une nationalité, je suis contre les frontières, contre les limites...

« Tu veux être noir même si tu es blanc ? Eh bien, tu es noir. On s’en fout, de la couleur de ta peau, tout ce qui compte c’est comment tu te sens... »

DES ENFANTS ANGOISSÉS

Savez-vous ce que je trouve dangereux, moi ?

Imposer ses lubies à ses enfants.

Tous les psychologues vous le diront : les enfants ont besoin d’encadrement, de stabilité.

Savoir qui ils sont, et qui les autres autour d’eux sont.

Un enfant ne veut pas que ses parents lui posent des questions. Il veut que ses parents RÉPONDENT à ses questions.

Élever ses enfants dans un monde sans limites, sans identités et sans certitudes les terrifie.

Pas étonnant qu’autant d’enfants souffrent d’angoisse chronique.

Ils sont laissés à eux-mêmes. Les parents refusent de prendre leurs responsabilités.

Ils laissent leurs enfants grandir dans le flou – alors que les enfants ont besoin, pour se sentir solides et confiants, de certitudes.

À 15 ans, ta fille va décider qu’elle est un garçon ?

Parfait.

Mais à deux ans, elle est trop jeune pour savoir qui elle est. Elle a besoin que tu lui dises.

Quitte, 13 ans plus tard, à faire voler en éclats l’identité que tu lui as, oui, imposée.

C’est ça que ça fait, un parent.

Ça construit des murs.

Pour que leurs enfants, rendus à l’adolescence, les démolissent.