/sports/racing
Navigation

Dumoulin redevient le patron

Tagliani et son frère Jean-François l’accompagnent sur le podium

Louis-Philippe Dumoulin et Jean-François Dumoulin
Photo Agence QMI, Andréanne Lemire Le vainqueur n'a pas raté l'occasion de faire un tour d'honneur avec le drapeau à damier.

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | Louis-Philippe Dumoulin a remporté dimanche l’épreuve de la série NASCAR Pinty’s au Grand Prix de Trois-Rivières pour la deuxième fois de sa carrière.

Le Trifluvien a profité du tête-à-queue d’un retardataire avec moins de six tours à parcourir pour priver le meneur Alexandre Tagliani d’une troisième victoire consécutive en Mauricie.

Jean-François Dumoulin a croisé le fil d’arrivée au troisième rang. Jamais les deux frères n’avaient accédé au même podium depuis le début de leur carrière chez les professionnels.

Le contexte ne pouvait être plus favorable puisque cet exploit a été réalisé à la maison et à l’occasion du 50e anniversaire de l’événement.

Louis-Philippe Dumoulin (à gauche) et son frère Jean-François ont partagé le même podium pour la première fois de leur carrière en série NASCAR Pinty's.
Photo Agence QMI, Andréanne Lemire
Louis-Philippe Dumoulin (à gauche) et son frère Jean-François ont partagé le même podium pour la première fois de leur carrière en série NASCAR Pinty's.

« Ça fait longtemps que Jean-François et moi rêvons de nous retrouver sur le même podium, a dit Louis-Philippe. C’est maintenant fait. Quand on sera beaucoup plus vieux, on va s’en parler encore. C’est une sensation incroyable. C’est magique ce que nous venons de vivre. »

Kevin Lacroix, D.J. Kennington, Jason Hathaway, Raphaël Lessard, Andrew Ranger, Simon Dion-Viens et Donald Theetge ont complété le groupe des dix premiers à l’arrivée.

Dépassement controversé

C’est au 45e tour que les rôles ont été inversés à l’avant.

T.J. Rinomato, à qui les deux animateurs de la course allaient prendre un tour, perd le contrôle de sa voiture dans le virage Depailler du tracé urbain.

L’Ontarien tente alors de reprendre sa trajectoire, mais s’immobilise en voyant ses deux rivaux arriver à toute vitesse.

Tagliani le contournera par la droite, Dumoulin, lui, choisira le côté intérieur de la piste. Cette décision sera fructueuse pour le Mauricien puisqu’il s’emparera de la tête pour ne plus jamais la quitter.

Le pilote de Lachenaie s’est dit surpris de voir Dumoulin le doubler à ce moment précis.

« En circuit routier, a expliqué Tagliani, tu ne peux pas dépasser quand un pilote est en dérapage devant toi et surtout pas quand le drapeau [de couleur bleue dans cette situation] est agité.

« Mais la direction de NASCAR n’a pas sévi à son endroit, a-t-il renchéri. Je vais aller voir les commissaires plus tard pour avoir l’heure juste. Je ne m’attends pas à une décision de leur part. Tout ce que je peux dire, c’est qu’aucun pilote ne fait ça.

« Par la suite, je n’ai jamais été capable de combler l’écart avec lui puisque des résidus se sont accumulés sur mes pneus en roulant sur une section poussiéreuse du circuit. Je n’étais plus aussi performant. »

Tagliani est convaincu que sans cet incident, il n’aurait jamais cédé aux pressions de son plus sérieux poursuivant. « J’avais le contrôle de la situation », prétend-il.

Dumoulin, lui, avait une tout autre version des faits.

« Le règlement en NASCAR, a-t-il expliqué, c’est qu’un drapeau bleu indique qu’il y a un incident sur la piste. C’est pour informer le pilote. Dans toutes les autres séries, il a raison, on ne peut pas dépasser. Mais en NASCAR, ce n’est pas la même chose. Tu continues ta course.

Celui qui avait aussi gagné le GP3R en 2014, année où il a remporté le premier de ses deux titres, n’a pas caché qu’il préparait sa manœuvre pour doubler son adversaire.

« J’étais derrière son parechoc et je voyais qu’il était déstabilisé dans certains virages. C’était une question de temps. »

Arrêt imprévu

Jean-François, lui, avait toutes les raisons de jubiler. Il grimpe sur le podium pour la deuxième fois de sa carrière (après Toronto en 2018), mais la toute première devant son public.

« Je savais dès le départ que j’avais une bonne voiture entre les mains », a dit l’aîné des frères Dumoulin.

Un arrêt imprévu dans les puits de ravitaillement, en raison d’une crevaison lente, aurait pu ralentir ses ardeurs.

« Au contraire, répond-il, ça m’a fouetté. Aidé par des relances réussies, j’ai pu remonter le peloton. C’est sûr que je vais m’en souvenir longtemps. Et d’accompagner Louis-Philippe, c’est formidable. »

Toujours meneur au classement cumulatif, Ranger, pourtant parti en position de tête, a vu son avance fondre de moitié (348 à 339 points) devant Lacroix après sa modeste huitième place. Louis-Philippe Dumoulin (328), Tagliani (311) et Kennington (285) suivent dans l’ordre.

À son deuxième départ en série Pinty’s, après son entrée victorieuse à Vallée-Jonction en juin dernier, Raphaël Lessard, lui, s’est fort bien comporté en terminant septième. Le jeune pilote beauceron en était à sa toute première expérience sur un circuit routier en série Pinty’s.

Résultats

8e étape de la série NASCAR Pinty’s Circuit urbain de Trois-Rivières

1. Louis-Philippe Dumoulin

  • Trois-Rivières 50 tours

2. Alexandre Tagliani

  • Lachenaie à 2,436 s

3. Jean-François Dumoulin

  • Trois-Rivières à 10,144 s

4. Kevin Lacroix

  • Saint-Eustache à 11,616 s

5. D.J. Kennington

  • Saint Thomas Ont. à 17,000 s

6. Jason Hathaway

  • Stouffeville, Ont. à 17,973 s

7. Raphaël Lessard

  • St-Joseph-de-Beauce à 18,711 s

8. Andrew Ranger

  • Granby à 22,398 s

9. Simon Dion-Viens

  • Kamouraska à 23,979 s

10. Donald Theetge

  • Boischatel à 26,010 s

Les autres Québécois

11. Alex Guénette

  • Terrebonne à 27,662 s

13. Raymond Guay

  • Sainte-Julie à 44,034 s

14. David Michaud

  • Terrebonne à 64,641 s

16. Jean-Frédéric Laberge

  • Montréal à 1 tour

18. Marc-Antoine Camirand

  • Saint-Léonard-d’Aston à 18 tours

19. Alex Labbé

  • Saint-Albert à 21 tours

21. Jocelyn Fecteau

  • Montréal à 24 tours
Prochaine épreuve : Antigonish (Nouvelle-Écosse), le 17 août