/sports/golf
Navigation

Golf : une médaille historique avant le début d’une nouvelle aventure

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois Joey Savoie et Brigitte Thibault ont jumelé leurs efforts à ceux d’Austin Connelly et Mary Parsons pour remporter la première médaille de l’histoire du Canada en golf aux Jeux panaméricains, dimanche à Lima, au Pérou.

Le quatuor s’est emparé du bronze à l’épreuve par équipe mixte dans ce qui risque fort d’être l’un des derniers tournois de Savoie en tant qu’amateur.

L’équipe nationale canadienne a terminé ses quatre rondes avec un cumulatif de -16 (552) pour conclure au troisième rang du classement final par équipe. Seuls les États-Unis (544) et le Paraguay (549) sont parvenus à faire mieux que les Canadiens.

«Je suis fier d’avoir remporté le bronze avec mes coéquipiers! Je suis chanceux d’avoir pu faire équipe avec eux. J’avais de bonnes attentes en arrivant à Lima parce que nous avions beaucoup de talent. Nous avons démontré que le golf se porte bien au Canada», a confié Savoie, qui s’est classé 27e chez les hommes avec un cumulatif de +10 (294).

Même s’il concède qu’il espérait obtenir de meilleurs résultats au niveau individuel, l’athlète de La Prairie s’est dit heureux d’avoir participé à cet événement qui, selon lui, sera bénéfique pour le reste de sa saison et la suite de sa carrière.

«Ç’a été une belle expérience de combativité. C’était très différent de ce à quoi je suis habitué, surtout en ce qui a trait au tournoi par équipe. C’est spécial de représenter le Canada sur la scène internationale et il n’y a aucun doute que c’est bon pour mon développement.»

Du côté féminin, Brigitte Thibault a terminé la compétition à +6 (290), un pointage bon pour le neuvième échelon au classement final. L’athlète de Rosemère s’est d’ailleurs surpassée lors de la troisième ronde en jouant trois coups sous la normale (68). Cette performance a aidé le Canada à remonter au classement par équipe et, éventuellement, décrocher le bronze.

Vers un nouveau défi

Les festivités ont été de courte durée pour Savoie qui, après avoir reçu sa médaille, s’est dirigé vers l’aéroport pour prendre un vol en direction de Miami. Il se rendra ensuite en Caroline du Nord, où il participera, dès lundi, au Championnat de golf amateur masculin des États-Unis, un événement qui pourrait lui ouvrir les portes des plus importants tournois de golf à l’échelle mondiale.

«C’est le plus grand tournoi amateur au monde! Quand tu termines parmi les premiers, tu reçois des offres pour participer à des événements majeurs de la PGA et ça te donne une belle visibilité. C’est le genre d’invitation que tu ne peux pas refuser», a-t-il lancé sur une note humoristique.

Tout au long de la semaine, Savoie tentera de se démarquer parmi les quelques 300 amateurs participants, après quoi il compte faire le saut chez les professionnels à temps plein, une étape qu’il aborde avec enthousiasme.

«Je souhaitais acquérir de l’expérience sur le circuit amateur avant d’amorcer ma carrière professionnelle. J’ai vécu des moments inoubliables avec l’équipe nationale amateure et, maintenant, à 24 ans, je me sens prêt pour le défi», a poursuivi celui qui a terminé son parcours universitaire en 2017, avec les Blue Raiders de l’Université Middle State Tennessee, en première division de la NCAA.

Le titre de «professionnel» est toutefois loin d’être synonyme de succès pour Savoie, qui devra faire preuve d’acharnement pour gravir les échelons et réaliser son rêve d’atteindre la PGA. Bien au fait de la situation, le membre de la formation canadienne demeure confiant et compte tout faire en son possible pour y parvenir.

«J’ai une équipe et des partenaires incroyables qui m’entourent! Je sais qu’ils seront toujours là pour moi dans les bons moments, comme dans les plus difficiles. Je ne veux pas précipiter les choses et mon objectif est de me qualifier pour la PGA entre 28 et 32 ans, ce qui est l’âge moyen de l’entrée des compétiteurs sur ce circuit», a expliqué Savoie, tout en insistant sur la patience, un élément qui lui sera primordial dans sa quête.

«J’y vais un tournoi à la fois. Je ne peux pas contrôler ce qui va se passer dans le futur et je dois me concentrer à jouer du bon golf dans le moment présent et poursuivre ma progression. Je suis motivé et je sais que je vais y arriver.»