/auto/reviews
Navigation

Nissan Leaf Plus: l’auto électrique antistress

2019 Nissan LEAF e+
Photo courtoisie, Nissan Avec la Leaf Plus, dont l’autonomie atteint 363 km, Nissan rend l’électromobilité accessible à un plus grand nombre d’automobilistes.

Coup d'oeil sur cet article

Dans cette ère nouvelle d’électromobilité, Nissan propose, avec la Leaf Plus 2019, une formule antistress pour les longs trajets grâce à sa batterie de grande capacité.

Les Québécois sont séduits par les véhicules électriques parce qu’ils ne produisent aucun rejet polluant et sont peu coûteux à faire rouler. L’autonomie limitée des premiers VÉ « abordables » a toutefois laissé une impression négative persistante. La Nissan Leaf de seconde génération lancée en février 2018 a permis à son constructeur de changer cette perception avec une autonomie plus substantielle. Mais aujourd’hui, grâce à la Leaf Plus 2019 et à son autonomie supérieure « antistress », l’électromobilité devient plus attrayante que jamais.

Pour bien des consommateurs, la batterie d’un VÉ et l’autonomie qu’elle procure constituent des critères de sélection primordiaux. En 2017, la Leaf de première génération disposait au mieux d’une batterie au lithium-ion de 30 kWh pour alimenter un moteur de 80 kW (107 ch). Le modèle lancé en 2018 la surpassait avec une batterie de 40 kWh et un moteur de 110 kW (147 ch), un ensemble qui haussait l’autonomie de 172 à 242 km. Or, lorsqu’on sait que l’automobiliste moyen parcourt quotidiennement de 50 à 100 km tout au plus, la Leaf 2018 offrait amplement d’autonomie.

Elle adoptait aussi une silhouette moins excentrique (certains diront moins rébarbative), mais avec des dimensions très similaires. En effet, la carrosserie de la Leaf de seconde génération est marginalement plus longue, plus large et plus haute, et l’empattement n’a pas changé. Elle convient donc parfaitement à quatre adultes de taille moyenne. Même le volume utile de son coffre, très spacieux, est demeuré inchangé... tout comme la hauteur gênante de son seuil (haut d’environ 25 cm). En revanche, le constructeur a accompli un exploit en développant de nouvelles batteries de plus grande capacité qui occupent le même espace que les anciennes.

Le coffre de la Leaf Plus a un volume utile appréciable, mais son seuil très haut complique le chargement d’objets lourds et encombrants.
Photo courtoisie, Nissan
Le coffre de la Leaf Plus a un volume utile appréciable, mais son seuil très haut complique le chargement d’objets lourds et encombrants.

AMPLEMENT D’AUTONOMIE

Car maintenant, il y plus. Il y la Leaf Plus. On reconnaît ce nouveau modèle aux garnitures bleues au bas de ses pare-chocs, à la petite plaque « e+ » cachée sous le couvercle du port de recharge à l’avant et, naturellement, à l’écusson PLUS qui orne son hayon. Mais ce qui importe, c’est sa batterie de 62 kWh et son moteur qui produit désormais 160 kW (214 ch). Ce groupe motopropulseur lui permet de parcourir 363 km. Le constructeur affirme même que la Leaf Plus a des reprises de 80 à 120 km/h plus rapides de 13 % et une vitesse maximale environ 10 % plus élevée !

Avec ce VÉ, on n’hésite plus à faire l’aller-retour Québec-La Malbaie ou Montréal-Mont-Tremblant. Il serait même inutile de faire un arrêt à l’une ou l’autre des stations de recharge du Circuit électrique disséminées le long de ces trajets. Puis, à l’arrivée, la batterie ne serait même pas à plat.

Il a fallu moins de 10 ans à Nissan pour en arriver là, la Leaf ayant fait ses débuts en 2010. À cette époque, il avait peu de VÉ abordables intéressants. Mais aujourd’hui, la Leaf Plus fait face à une vive concurrence. On compte désormais une poignée de modèles proposés, comme elle, à partir d’environ 45 000 $, et dont l’autonomie varie de 360 à plus de 400 km. Il y a le Chevrolet Bolt EV (60 kWh et 383 km), le Kia Niro EV (64 kWh et 383 km) et le Hyundai Kona EV (64 kWh et 415 km), sans oublier deux modèles plus chers, le Kia Soul EV Limited (64 kWh et 383 km) offert à partir de 53 505 $ et la Tesla Modèle 3 d’entrée de gamme (environ 55 kWh et 386 km) proposée à partir de 54 990 $.

INCITATIFS GÉNÉREUX

Le consommateur a donc plus de choix maintenant, sans compter que ces VÉ sont rendus plus abordables par les incitatifs offerts par le gouvernement du Québec et celui du Canada soit, respectivement, 8000 $ et 5000 $ dans le cas d’une Leaf Plus. À cela s’ajoute un rabais de 600 $ offert par Québec pour l’installation d’une borne de recharge de 240 v, un incontournable pour un véhicule ayant une batterie d’aussi grande capacité.

Outre les incitatifs, un VÉ bénéficie aussi de frais d’utilisation et d’entretien inférieurs. Ainsi, l’électricité utilisée pour recharger la batterie d’une Leaf Plus durant un an et pour 20 000 km totaliserait 388 $, selon un outil de calcul proposé par Hydro-Québec sur son site internet. Pour le même scénario, un Nissan Qashqai à deux roues motrices et boîte de vitesses automatique, un utilitaire populaire de taille similaire dont la consommation moyenne est de 8,0 L/100 km, utiliserait 2080 $ d’essence, selon le même outil de calcul (pour un litre de carburant régulier à 1,30 $). Quant aux coûts d’entretien annuels, toujours pour le même scénario, il totaliserait 565 $ pour la Leaf Plus et 1084 $ pour le Qashqai, selon CAA-Québec.

En somme, plus on roule avec un VÉ, et plus longtemps on le conserve, moins il coûte cher. Le gain sera encore plus substantiel s’il remplace un gros véhicule très énergivore. C’est sans compter qu’avec 363 km d’autonomie, une Leaf Plus donne toute la latitude voulue à un automobiliste moyen, même si ce dernier devait parcourir 200 km aller-retour quotidiennement.

NOUVELLE FAÇON DE CONDUIRE

À long terme, donc, on gagne à conduire un VÉ. Avec une voiture comme cette Nissan, on découvre aussi une manière novatrice de conduire grâce au système e-Pedal. Ce dernier permet de moduler la pression appliquée sur la pédale de l’accélérateur pour faire accélérer, ralentir, freiner et même immobiliser la Leaf. Son utilisation intuitive fait qu’on l’adopte presque instantanément. Nissan affirme d’ailleurs que le conducteur moyen d’une Leaf utilise le système e-Pedal 90 % du temps. Du coup, l’entretien préventif des freins mécaniques de cette voiture devient très important, puisqu’on les utilise beaucoup moins !

L’e-Pedal rend la conduite agréable, tout comme la servodirection précise et la suspension souple, qui masque bien les défauts du revêtement. En prime, cette compacte « verte » est étonnamment performante. Elle peut accélérer de 0 à 100 km/h en 8 s et des poussières.

Nissan a, par ailleurs, prévu une dotation de série alléchante pour les automobilistes québécois. Les Leaf Plus S, SV et SL disposent donc de sièges chauffants devant comme derrière, d’un volant chauffant, d’un chauffe-batterie, d’un régulateur de vitesse, du système e-Pedal et d’un pratique chargeur de niveau 1 et 2 (120 v et 240 v) lourd (5 kg), mais doté d’un long câble. Les systèmes de connectivité Bluetooth, CarPlay d’Apple et Android Auto sont de série, alors qu’une panoplie de dispositifs d’aide à la conduite figurent parmi la dotation des versions SV et SL plus luxueuses. Oui, la Leaf Plus rend l’électromobilité enfin attrayante.

Le tableau de bord a un design efficace qui place l’écran tactile de 8 po à portée de main.
Photo courtoisie, Nissan
Le tableau de bord a un design efficace qui place l’écran tactile de 8 po à portée de main.

FICHE TECHNIQUE

Prix de base

Prix de base — 42 298 $ (SV) ; 44 898 $ (S Plus) ; 47 898 $ (SV Plus) ; SL Plus ; 50 898 $ (SL Plus).

Transport et préparation

1950 $

Groupe motopropulseur

(Leaf) moteur électrique de 110 kW (147 ch), 236 lb-pi ; batterie au lithium-ion de 40 kWh, port de recharge de 50 kW ; (Leaf Plus) moteur électrique de 160 kW (214 ch), 250 lb-pi ; batterie au lithium-ion de 62 kWh, port de recharge de 100 kW. Roues avant motrices.

Particularités

Suspension indépendante aux roues avant ; poutre de torsion à l’arrière. Freins à disque aux quatre roues. Antiblocage de série. Pneus : P205/55R16 (S Plus) ; P215/50R17 (SV, SV Plus, SL Plus)

Cotes

Empattement : 2700 mm ; longueur : 4480 mm ; largeur : 1789 mm ; hauteur : 1 560-1 565 mm. Poids : 1580-1748 kg. Volume du coffre : 668-850 L. Remorquage d’une remorque non recommandé par le constructeur. Consommation (essai) : 18 kWh/100 km.

Concurrence

  • BMW i3
  • BMW i3s
  • Chevrolet Bolt
  • Hyundai Ioniq EV
  • Hyundai Kona EV
  • Kia Soul EV
  • Kia Niro EV
  • Tesla Modèle 3
  • Volkswagen e-Golf

Points forts

  • Autonomie plus que satisfaisante
  • Intérieur spacieux et confortable
  • Système e-Pedal fabuleux

Points faibles

  • Seuil de coffre très élevé
  • Plancher du coffre à deux niveaux peu pratique (avec dossiers rabattus)
  • Forme de l’adaptateur pour prise murale 120 v à revoir

Cotes de l'auteur

  • Cote d’ensemble 8/10
  • Consommation 9/10
  • Équipement 8/10
  • Prix 7/10
  • Apparence 8/10
  • Confort à l’avant 8/10
  • Confort à l’arrière 8/10
  • Comportement 8/10
  • Performance 8/10
  • Rangement 8/10

Une tente-roulotte électrifiée par des Leaf

Le concept Nissan x Opus.
Photo courtoisie, Nissan
Le concept Nissan x Opus.

Les batteries usagées des Nissan Leaf pourraient bientôt servir à des véhicules récréatifs. Voilà ce que suggère le concept Nissan x Opus. Dévoilé au Salon du camping et du caravaning de Birmingham, en février, ce concept a été mis au point par le fabricant de roulottes britanniques Opus, en collaboration avec Nissan Energy.

En 90 secondes, un compresseur intégré déploie cette tente-roulotte, qui peut accueillir jusqu’à six personnes. Sa dotation comprend, entre autres, un four micro-ondes, un réfrigérateur, une cuisinière au gaz à deux brûleurs, quatre prises USB, un éclairage à DEL, un point d’accès Wi-Fi sans fil 4G et même un vidéoprojecteur.

Son apparence anodine cache une unité de stockage d’électricité amovible Nissan Energy Roam. Grosse comme une glacière, elle est constituée de cellules provenant de batteries de Nissan Leaf arrivées en fin de vie.

D’une capacité de 700 Wh, elle a une puissance de 1 kW et peut alimenter la tente-roulotte durant sept jours. Cette unité se recharge en deux heures à partir d’une prise de courant ordinaire, mais des capteurs solaires de 400 W peuvent aussi la recharger en 2 à 4 heures.

Au tour du Nissan Titan d’abandonner le diesel

2019 Nissan LEAF e+
Photo courtoisie, Nissan

Pour l’année-modèle 2020, Nissan a confirmé qu’elle cessera la production de sa camionnette Titan XD avec moteur diesel Cummins. Les acheteurs devront se contenter d’un V8 à essence qui consomme 13,4 L/100 km en moyenne.