/opinion/columnists
Navigation

Pourquoi endurer ça?

Coup d'oeil sur cet article

On trouve ces temps-ci une surabondance de petits mâles toxiques qui ne savent pas gérer leurs déceptions amoureuses.

Vendredi soir, à Québec, une femme en flammes a été secourue en pleine rue par ses voisins. Elle aurait été aspergée d’essence et mise en feu devant ses enfants et sa mère. Son ex, un homme de 39 ans, a été arrêté hier à Drummondville.

Le 29 juillet à Limoilou, un homme de 22 ans a été arrêté par les policiers après avoir menacé son ex-conjointe avec une arme et qu’elle l’eut vu rôder autour de son logement. On s’est aperçu qu’il était recherché depuis neuf mois en Colombie-Britannique pour une agression sexuelle.

Plus anciens

Vendredi, à Québec, un homme de 30 ans s’est reconnu coupable d’avoir menacé sa conjointe avec une machette, à plusieurs reprises, au printemps dernier.

Le 31 juillet dernier, un homme de 47 ans a été condamné pour violence conjugale pour une troisième fois, après avoir roué de coups sa compagne. Les fois d’avant, il avait reçu une absolution inconditionnelle.

Le 14 juillet, à Saint-Jérôme, un homme de 22 ans s’est reconnu coupable d’avoir séquestré, drogué, torturé et mutilé son ex-conjointe pendant dix jours, en présence de son bébé et en compagnie d’un complice.

Égalité ?

Ça fait beaucoup de souffrances. Beaucoup d’enfants qui ont vu leur mère subir de graves dégradations. Beaucoup de parents qui savent que leur fille a eu très mal.

Chaque fois que je parle de la violence faite aux femmes, on m’écrit toujours pour me rappeler que les hommes aussi peuvent être victimes de violence conjugale. C’est vrai. Selon les autorités policières, toutefois, les femmes sont victimes de 72,7 % des homicides, de 92,7 % des agressions sexuelles et de 100 % des enlèvements qui surviennent dans un tel contexte au Québec.

Il paraît que l’égalité entre les hommes et les femmes serait atteinte, au Québec. Super. Dans ce cas-là, comment ça se fait qu’on continue d’endurer ça ?