/lifestyle
Navigation

S’initier au vélo de montagne

dimancheQ
Photo courtoisie, Empire 47 Les sentiers destinés aux cyclistes débutants offrent parfois différents niveaux de difficulté pour progresser.

Coup d'oeil sur cet article

Que ce soit pour répondre à l’appel de la nature, mettre de côté le partage de la route avec les automobilistes ou combler un besoin d’adrénaline, plusieurs personnes s’initient au vélo de montagne. Voici donc quelques conseils pour réussir sa première expérience dans les sentiers.

1. Choisir le bon sentier

L’initiation au vélo de montagne devrait être réalisée dans un centre spécialisé offrant un ou plusieurs sentiers pour débutants. D’ailleurs, une des questions qu’Alexandre Lemerise, coordonnateur au développement et marketing chez Empire 47, se fait le plus souvent poser est : « Avez-vous des sentiers pour débutants ? Pour y aller avec ma petite famille, pour le plaisir d’être en plein air », dit-il.

Ce sont généralement des pistes plus larges, moins exigeantes physiquement, plus « roulantes », présentant peu de dénivelés et moins parsemées d’obstacles. Le cycliste apprivoise alors la piste, les mouvements du vélo, les changements de vitesse, le pédalage, le freinage avec des freins à disque, etc.

« C’est toujours mieux de commencer avec des réussites et de gagner de la confiance dans des sentiers plus accessibles », soutient Marie-Ève Marcotte, fondatrice de M pour Montagne, qui enseigne les habiletés techniques en vélo de montagne.

Dès l’âge de 3 ans,
 les enfants peuvent
 s’initier au vélo de
 montagne.
Photo courtoisie, Christyna Merette
Dès l’âge de 3 ans, les enfants peuvent s’initier au vélo de montagne.

Certains centres suggèrent des pistes débutantes de différents niveaux, dont des single tracks jonchées d’obstacles et conçues pour des cyclistes qui commencent. Dans ce cas, Mme Marcotte conseille de prendre le temps d’arrêter, d’aller voir l’obstacle, d’analyser comment le surmonter avant de l’essayer, afin d’éviter les blessures en y allant progressivement. Il faut développer son agilité, ses capacités physiques et apprendre à contrôler son vélo pour passer au niveau intermédiaire. Empire 47 offre même un parcours à la hauteur des enfants de 3 à 9 ans.

2. Être bien accompagné

Idéalement, on ne se lance pas à la découverte du vélo de montagne seul. Plusieurs centres offrent d’ailleurs des cours d’initiation transmettant les techniques de base et l’aide d’un guide sur les sentiers. Des amis cyclistes, sérieux dans leur volonté de transmettre leur passion, et surtout patients, pourraient aussi être de bons enseignants. Mme Marcotte conseille de toujours être au moins trois lorsque vous partez à l’assaut des sentiers.

3. Louer son vélo

Privilégier un vélo de location offert sur le site, plutôt que celui d’un ami, maximise les chances d’apprécier sa première expérience, soutient Mme Marcotte, ancienne coureuse de niveau provincial et national en Enduro et Descente. Le cycliste débutant s’assure ainsi que son vélo est en bon état et ajusté à sa taille. Après avoir eu la piqûre du vélo de montagne, celui-ci pourra envisager d’en acheter un, en prenant part à des journées de démonstration de vélos, dans un centre par exemple, ou en se rendant dans un magasin offrant un service de location pour essayer son futur vélo sur le terrain. Et pourquoi ne pas se le procurer en fin de saison pour bénéficier de meilleurs prix ou même opter pour un vélo usagé, mais de plus grande qualité ?

4. Être bien équipé

Porter un casque neuf ou qui offre encore une bonne protection ainsi que des vêtements de sport est un minimum, en termes d’équipement. Des cuissards dotés d’un chamois rendant la selle plus confortable et éliminant les irritations sont également à privilégier. Des chaussures offrant une bonne adhérence sur les pédales, des gants complètement fermés maximisant la prise sur les freins et les poignées, ainsi qu’une paire de lunettes pour protéger les yeux des petits cailloux, branches et insectes sont aussi de mise. Les protège-coudes et protège-genoux pourraient être intéressants au moment d’affronter des pistes de plus haut niveau, selon la confiance de chacun.

5. Progresser

« Quand c’est la première fois, il faut rester ouvert ; c’est normal que vous soyez poche, car il y a un apprentissage à faire. Allez-y à votre rythme », explique M. Lemerise. Peut-être devrez-vous descendre de votre vélo quelques fois pour terminer la piste.

Pour progresser dans le sport, il est intéressant de faire partie d’un club de vélo de montagne. Non seulement pour partager une même passion, mais pour rouler de façon sécuritaire et pour partager ses connaissances. Puis, il est possible de suivre des cours de perfectionnement, qui sont très populaires, selon M. Lemerise.