/sports/soccer/impact
Navigation

Un bon match, mais une défaite

L’Impact donne trop de buts sur les coups de pied arrêtés

SOCCER-USA-CHI-MNI/
Photo USA TODAY Sports Bacary Sagna est taquiné par son coéquipier Bojan Krkic après avoir marqué le deuxième but de l’Impact à la 76e minute de jeu à Chicago, samedi.

Coup d'oeil sur cet article

CHICAGO | Oui, l’Impact a perdu en accordant un but au Fire de Chicago dans les dernières minutes du match de samedi, mais on ne peut pas résumer ce match à la seule défaite.

Il y a tout de même eu la manière. En retard de deux buts après 20 minutes, le XI montréalais a bataillé pour revenir au pointage et a largement été la meilleure des deux équipes durant la dernière heure de jeu.

À bien des égards, et malgré le revers, l’Impact a joué l’un de ses meilleurs matchs depuis un moment. La conclusion est donc un peu injuste.

« On dominait en deuxième demie et, après notre deuxième but, on poussait encore plus, et finalement ils prennent les trois points sur leur seule chance de la deuxième demie », a fait remarquer Samuel Piette.

Talon d’Achille

Le revers nous ramène donc au talon d’Achille des Montréalais depuis trop d’années, puisque le problème existait avant l’arrivée de Rémi Garde : les coups de pied arrêtés.

En effet, le Bleu-blanc-noir a cédé deux des trois buts du Fire sur des séquences arrêtées. Si on ajoute les quatre buts accordés en pareilles circonstances contre le Colorado une semaine plus tôt, on en est à six des neuf derniers buts adverses marqués sur les jeux arrêtés.

Evan Bush avait la voix éteinte après la rencontre, lui qui vient de subir deux défaites consécutives dans lesquelles il a accordé neuf buts sur onze tirs cadrés.

« Lors du dernier match, je prends un ou deux buts sur mes épaules, je n’ai pas été bon sur les phases arrêtées.

« Dans l’ensemble, nous sommes très vulnérables sur les ballons arrêtés et je pense que je vais me limiter à ça. »

Bagarre

Rémi Garde a essentiellement ressorti la même cassette qu’après la défaite contre les Rapids en parlant d’engagement et de bataille.

« Je l’ai déjà dit, les coups de pied arrêtés c’est une forme de bagarre, c’est une bataille, c’est du un contre un et c’est celui qui veut le plus l’emporter qui souvent l’emporte.

« Ce n’est pas une question de stratégie, je l’ai dit la semaine dernière et je le répète. On est dans une période où l’on est très faibles par rapport à ça et il faudra vite corriger. »

On ne peut donc pas se limiter au simple fait que l’Impact n’a pas de gros gabarits. D’ailleurs, c’est Zakaria Diallo, un géant, qui a mal couvert Bastian Schweinsteiger sur le but victorieux du Fire.

« C’est de la volonté, c’est le désir de gagner ce ballon-là et de gagner son duel, a insisté Samuel Piette. Ce n’est pas de la chance, c’est juste de la volonté. »

Préoccupé

En ne récoltant aucun point contre le Fire, l’Impact n’a donc pas su profiter du fait que toutes les autres équipes de l’Est en action samedi ont fait match nul.

Il se retrouve désormais en septième place dans l’Est avec 33 points, autant que le Toronto FC, juste derrière, et un de moins que le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, juste devant. Mais il ne faut pas ignorer Orlando et Chicago qui suivent avec 30 points.

« On est préoccupés depuis le début, c’est la compétition, c’est comme ça.

On sait qu’on a encore huit matchs, six à la maison et deux à l’extérieur », a soutenu Rémi Garde.

« Il ne faut pas paniquer, a dit Piette. On n’est pas 10e, 11e ou 12e, il ne faut pas abandonner maintenant. »

N’empêche que l’Impact n’a plus gagné à l’étranger depuis le 8 mai, soit six défaites de suite. Pis encore, il présente une fiche de 4-9-1 depuis cette victoire de 2 à 1 sur les Red Bulls de New York. Le revers qui a suivi, à Cincinnati, a été le début d’une chute qui se prolonge.

En espérant au moins qu’après avoir donné du repos à ses principaux éléments offensifs que sont Nacho Piatti, Lassi Lappalainen et Bojan Krkic en les laissant sur le banc pour amorcer le match à Chicago, Rémi Garde saura trouver du positif en se qualifiant pour la finale du championnat canadien lors du match retour contre le Cavalry à Calgary, mercredi.