/news/politics
Navigation

Déclenchement des élections au Manitoba

Déclenchement des élections au Manitoba
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

WINNIPEG – Les Manitobains auront droit à un automne chargé politiquement, eux qui seront appelés aux urnes non pas à une, mais bien à deux reprises, pour élire leurs représentants fédéraux et provinciaux.

En effet, le premier ministre sortant Brian Pallister a officiellement donné le coup d’envoi à une campagne électorale de quatre semaines, lundi, avec plus d’un an d’avance sur les élections qui étaient initialement prévues pour octobre 2020. Le chef du parti progressiste-conservateur du Manitoba, qui espère obtenir un deuxième mandat, a justifié ce choix en affirmant avoir déjà rempli ses promesses.

M. Pallister n’a pas perdu de temps pour lancer sa campagne en s’attaquant à son principal rival, le parti néo-démocrate du Manitoba.

«Les Manitobains pourront décider s’ils veulent continuer à aller de l’avant avec de meilleurs investissements en santé et dans les écoles, plus d’emplois et moins d’impôts, où s’ils préfèrent reculer au temps du NPD, avec le pire temps d’attente [dans les hôpitaux] au Canada et la croissance la plus rapide des impôts», a déclaré le premier ministre sortant.

Le chef néo-démocrate, Wab Kinew, a, de son côté, lancé sa campagne en parlant de santé, notamment en promettant de rouvrir deux salles d’urgence dans autant d’hôpitaux.

En plus de la santé, le NPD compte aussi miser sur la création d’emplois et la lutte contre les changements climatiques.

Lors d’un sondage réalisé par Probe Research à la fin juin, le Parti conservateur a été crédité de 42% des intentions de vote, loin devant le NPD à 26%, les libéraux à 16% et les verts à 14%. Les deux principaux partis étaient toutefois au coude à coude à Winnipeg, avec 32% des intentions de vote chacun.

En 2016, Brian Pallister et ses troupes avaient aisément remporté la faveur populaire avec 53,1% du vote, obtenant ainsi 40 des 57 sièges à l’Assemblée législative.

Les Manitobains seront appelés aux urnes le 10 septembre pour élire leur gouvernement. Puis, ils retourneront voter le 21 octobre, cette fois dans le cadre des élections fédérales.