/news/currentevents
Navigation

Femme brûlée vive à Québec: «Je sais que ma fille est forte, elle va survivre»

Coup d'oeil sur cet article

 

 Le père de la femme brûlée vive à Québec s’accroche à la force de caractère de sa fille, se disant certain qu’elle « va survivre » malgré les blessures importantes subies vendredi soir dernier, dans le quartier Saint-Sauveur.  

 

 Abdeljalil Haj Amor rapporte que sa fille repose maintenant dans un état «stable» à l’hôpital où elle se trouve à Québec.  

 

 «Il n’y a pas de danger pour sa vie. Je suis sûr qu’elle va survivre. Je sais que ma fille est forte. Elle va supporter, elle va survivre», dit-il au bout du fil, depuis la Tunisie.  

 

 L’homme doit pour le moment suivre les développements de cette horrible histoire à distance, à des milliers de kilomètres du Québec.  

 

 Il reste calme en parlant de la comparution, lundi, de Frej Haj Messaoud, celui qui est accusé de tentative de meurtre sur sa fille de 27 ans et qui aurait enflammé son ancienne conjointe en pleine rue, la brûlant sur la moitié du corps. «J’ai confiance en la justice canadienne, affirme le père. C’est un pays de droit. C’est un bon pays.»  

 

 Abdeljalil Haj Amor explique qu’il avait depuis longtemps des soupçons sur l’ex-mari de sa fille, et il fait état d’une relation tumultueuse entre les deux.  

 

 «Beaucoup de problèmes»  

 

 C’est pourquoi il dit avoir passé trois ans et demi au Québec, avant de devoir retourner dans sa patrie en raison d’un visa expiré.  

 

 «J’ai trouvé que ma fille avait beaucoup de problèmes avec son mari. Elle est allée à la maison des femmes battues», révèle-t-il. «J’ai sacrifié mon boulot pour rester avec ma fille et la soutenir. Entre-temps, j’ai fait deux demandes pour rester avec elle, mais ça m’a été refusé, je ne sais pas trop pourquoi. Il fallait que je rentre», explique-t-il.  

 

 L’homme cherche à revenir au Québec pour aider ses proches. Il espère ne pas avoir d’ennui avec le gouvernement canadien pour l’obtention d’un visa.  

 

 «Je vais aller à l’ambassade. Je veux voir ma fille et ses enfants le plus vite possible, c’est sûr», déclare-t-il.  

ÉCOUTEZ l'entrevue de Me Nicole Gibeault et Jean-François Brochu, ancien policier qui analysent le dossier de la femme brûlée vive, sur QUB radio: