/sports/hockey
Navigation

Le numéro de Roberto Luongo sera retiré par les Panthers

Roberto Luongo
Photo d'archives, AFP Roberto Luongo

Coup d'oeil sur cet article

Le Québécois Roberto Luongo deviendra le premier joueur des Panthers de la Floride à voir son chandail retiré par la formation. 

L'organisation a confirmé le tout, lundi. 

Le gardien nouvellement retraité verra son numéro 1 être hissé dans les hauteurs du BB&T Center, le 7 mars 2020, lors d’un match qui sera d’ailleurs disputé contre le Canadien de Montréal. 

«Roberto a été une pierre d'assise de l'histoire des Panthers et une légende du hockey, a souligné le propriétaire de l'équipe Vincent Viola, dans un communiqué. Il a représenté les Panthers avec beaucoup de dignité et de détermination.» 

Le Québécois a disputé 1044 matchs dans la Ligue nationale de hockey, amassant 489 victoires, ce qui le place au troisième échelon de tous les temps derrière Martin Brodeur (691) et Patrick Roy (551). 

«C'est tout un honneur d'être le premier joueur à avoir son numéro retiré par les Panthers, a pour sa part commenté Luongo. J'ai hâte de partager cette soirée spéciale avec mes amis, ma famille, mes coéquipiers et les partisans des Panthers.»

La carrière de Roberto Luongo avec les Panthers en cinq temps

Les Panthers retireront le numéro d’un joueur pour la première fois de leur histoire le 7 mars prochain. L’heureux élu, Roberto Luongo, mérite amplement cette distinction, lui qui détient tous les records importants chez les gardiens de la formation floridienne.

Le moment est donc bien choisi pour souligner certains des moments les plus mémorables du Québécois dans l’uniforme des Panthers.

Les échanges

Repêché quatrième au total par les Islanders de New York en 1997, Luongo sera échangé en 2000 aux Panthers, en compagnie d’Olli Jokinen, en retour de Mark Parrish et Oleg Kvasha. Pour être poli, disons seulement que les Islanders sont loin d’avoir eu le meilleur dans cette transaction. Envoyé aux Canucks de Vancouver en 2006, le Montréalais sera rapatrié par les Panthers pendant la campagne 2013-2014.

Toute une saison!

Le gardien a connu sa meilleure saison en Floride en 2003-2004. Toutefois, même s’il a maintenu un taux d’efficacité de ,931 en 72 matchs, les Panthers ont terminé au 12e rang dans l’Association de l’Est. Il avait été devancé par Martin Brodeur, des Devils du New Jersey, et Miikka Kiprusoff, des Flames de Calgary, au scrutin pour l’obtention du trophée Vézina cette année-là.

Enfin en séries

Après la saison régulière de 2015-2016, Luongo participe aux séries pour la première fois de sa carrière avec les Panthers. Malheureusement pour lui, son équipe est éliminée en six parties par les Islanders au premier tour. Il a tout de même affiché de bonnes statistiques, maintenant un taux d’efficacité de ,934 et une moyenne de buts alloués de 2,05.

Le discours

Au-delà de ses exploits sur la glace, Luongo a aussi su faire preuve de solidarité envers les membres de sa communauté, en Floride. Il avait d’ailleurs livré un discours poignant avant le premier match des Panthers à domicile après la fusillade à l’école secondaire Marjory Stoneham Douglas de Parkland, qui a fait 17 morts le 14 février 2018. «Aucun enfant ne devrait vivre cela, avait-il notamment dit au micro avant la partie. Assez c’est assez. Nous devons agir.»

Au troisième rang

Le 25 février 2019, Luongo réalise 36 arrêts dans un gain de 4 à 3 des Panthers contre l’Avalanche du Colorado. Ce résultat lui permet de dépasser Ed Belfour au troisième rang des gardiens ayant amassé le plus grand nombre de gains en carrière en saison régulière avec 485. Le Québécois a finalement totalisé 489 victoires, ce qui le place derrière Martin Brodeur (691) et Patrick Roy (551).

Mention honorable : Drôleries sur Twitter

Autant en Floride qu’à Vancouver, Luongo a fait rire les amateurs de hockey par le biais de son compte Twitter, le fameux @strombone1.

«Moi et [Tom Brady] avons remporté en tout cinq championnats», avait-il notamment écrit en février 2017 après la victoire des Patriots de la Nouvelle-Angleterre contre les Falcons d’Atlanta au Super Bowl.

«Nous sommes rendus à six. Nous connaissons une séquence incroyable», a-t-il ajouté deux ans plus tard quand les Pats ont vaincu les Rams de Los Angeles en grande finale.