/lifestyle/columnists
Navigation

Réaction à une lettre dérangeante

Coup d'oeil sur cet article

Je voudrais répliquer à la grand-maman qui témoigne ce matin de son inquiétude pour les abus sexuels dont pourraient éventuellement être victimes ses trois petits-enfants­­­. Danger qu’elle attribue au fait qu’au Québec, la religion a été foutue par-dessus bord.

Je préciserai d’abord que j’ai bien apprécié ta réponse Louise, affirmant que (ce n’est pas mot à mot) « ... plusieurs procès pour crimes sexuels survenus depuis 20 ans ont trait à des fautes commises antérieurement, soit pendant que la religion trônait en maître ici ».

Le catholicisme, notamment, a fait énormément de bien et en fait encore aujourd’hui. Toutefois, son lavage de cerveau a été dénoncé et est donc devenu inefficace, si bien que le peuple québécois, entre autres, a décidé de faire maison nette. Et voyez-vous, notre société ne s’en porte pas plus mal et les enfants sont davantage en sécurité face aux prédateurs, n’en déplaise à ces gens, surtout ceux d’un certain âge, qui sont alarmistes. Ils rêvent d’un bon vieux temps en affirmant­­­ que c’était tellement mieux avant. Je suis un grand-père de 75 ans, non pratiquant et non croyant, mais j’aime ma société, celle que je vois avec les yeux du cœur.

Roger Matteau

Je partage presque tous vos propos, si ce n’est que je garde quand même une certaine réserve quand vient le temps de parler « d’enfants en sécurité face aux prédateurs ». C’est certain que les mises en garde face à ce genre d’événement malheureux se font de manière plus généralisée et ouverte qu’avant, et c’est tant mieux. Mais il importe de ne jamais baisser la garde, car des prédateurs et des agresseurs, il y en aura toujours.