/24m
Navigation

Des avions à moins de cent mètres au-dessus de la tête

Notre chroniqueur Louis-Philippe Messier observe les avions passer avec sa conjointe Jo-Annie Larue et leur fils Gustave.
Photo Courtoisie Notre chroniqueur Louis-Philippe Messier observe les avions passer avec sa conjointe Jo-Annie Larue et leur fils Gustave.

Coup d'oeil sur cet article

Connaissez-vous le rond-point Pitfield? Ce cercle sans charme du secteur industriel de Ville-Saint-Laurent abrite un panneau publicitaire qui lui donne des airs de vieux ciné-parc.

Maïs soufflé et chaises de jardin s’avèrent de circonstance. On vient ici pour un spectacle : celui des avions, au moment le plus dramatique et tonitruant, quelques secondes avant que leurs trains d’atterrissage se frottent au tarmac de l’aéroport de Dorval situé tout près.

Je n’en reviens pas que si peu de Montréalais soient au courant de leur chance. Ils peuvent facilement observer les avions sur le point d’atterrir à Dorval en se plaçant directement sous les engins rugissants. D’assez près pour apercevoir les retouches de peinture sous la carlingue. C’est gratuit. La place où stationner sa voiture ne manque jamais. Moyennant une vingtaine de minutes dans l’autobus 174 à partir de la station Côte-Vertu, c’est aussi accessible en transport en commun.

Passez le mot

Récemment, je me suis rendu en famille à la (magnifique) plage du parc nature de Cap Saint-Jacques dans l’extrémité ouest de l’île. Sur le chemin du retour, nous avons fait un saut au fameux rond-point Pitfield avec le même succès que les deux ou trois premières fois.

Au loin dans le ciel à l’Est, on aperçoit comme de petites étoiles pâles... Ce sont les prochains engins qui se dirigent vers la piste. Mon jeune fils écarquille les yeux et éclate de rire lorsque les avions de ligne passent en tonnerre à moins de cent mètres. Invariablement, il s’exclame : «Encore!» Dommage que ce «spectacle familial gratuit» demeure méconnu : passez donc le mot! Bel endroit inusité pour un pique-nique.

Décollage

Si vous voulez plutôt voir les avions décoller, optez pour le parc Jacques-de-Lesseps qui borde la piste. Pour l’automobiliste, le stationnement y est toujours suffisant et gratuit. On peut aussi s’y rendre moyennant 25 minutes dans l’autobus 202 à partir de la station Du Collège.

Si vous voulez vraiment tout savoir sur les meilleurs endroits d’où photographier les avions, je vous recommande le site 55aavenue.org qui réunit des dizaines d’enthousiastes «aérophiles».

Enfin, pour enrichir votre expérience du rond-point Pitfield, utilisez l’application Flightradar24. Gratuite, elle permet de savoir d’où arrivent les avions, depuis quand ils volent, de quel modèle il s’agit, etc. Au moment d’écrire ceci, le prochain vol arrive de Bruxelles, ensuite de Barcelone, de Lisbonne, etc.


► Merci à la passionnée d’avions Geneviève Grondin qui a fourni les photos et répondu à mes questions.