/misc
Navigation

Partie de pêche...

Coup d'oeil sur cet article

Les jeunes du Parti libéral du Québec viennent de voir la lumière. Le parti de Charest et Couillard n’est plus celui de Bourassa. Constat, on se doit de redevenir plus « nationaliste ». On va même jusqu’à remettre en cause l’adhésion du parti au sacro-saint multiculturalisme canadian.

15 années d’antinationalisme

On me permettra d’être un peu sceptique quant à cette vocation, tout à coup, renouvelée. Voilà ce à quoi j’ai pensé quand Stéphane Stril, président des jeunes libéraux, livrait un hommage senti à Philippe Couillard pendant le congrès des jeunes du PLQ.

Philippe Couillard, le plus « antinationaliste » des PM du Québec de l’histoire contemporaine.

Soudainement, le PLQ se questionne à propos des vertus du multiculturalisme. C’est l’boutte ! Ce parti qui a régné sur le Québec pendant presque 15 ans !

À la suite du funeste attentat de la mosquée de Québec, les astres se sont alignés parfaitement pour que Philippe Couillard règle la question dans le sens de ce que les jeunes du PLQ proposaient en fin de semaine ! Imaginez, même le Québec solidaire d’antan aurait appuyé ! Fin du débat sur la laïcité. On aurait peut-être fait l’élection de 2018 sur autre chose...

L’immobilisme libéral a fait mal... au Parti libéral !

Mais le PM Couillard a « chocké ». Essentiellement par électoralisme ; pour éviter de froisser l’électorat captif libéral. Conséquence : une part de cet électorat est allé voir ailleurs.

En fin de compte, on apprend que le virage « nationaliste » des libéraux, s’il advient, sera « modéré ». Interculturalisme ? À condition que cela n’affecte pas les droits individuels. Un collègue ironisait récemment : « L’interculturalisme est au multiculturalisme ce que la rigueur budgétaire d’antan est à l’austérité ; même gibelotte sous un autre nom ! »

Aussi, pas question de raviver les cinq conditions de Robert Bourassa pour signer Meech. Pas question non plus de toucher à la loi 101 avec une perche de cent pieds.

Les libéraux sont en pleine partie de pêche. Ils ont jeté la ligne à l’eau pour voir comment leur électorat réagira. Avant de décider pour la suite...