/news/society
Navigation

De l’aide s’organise pour la victime immolée à Québec

Tanya St-Arneau
Photo Chantal Poirier Brûlée sur 20 % de son corps en 2012, Tanya St-Arnauld a conservé des cicatrices, notamment aux bras et au cou.

Coup d'oeil sur cet article

Une femme aspergée d’acide par son ex en 2012 en appel à la générosité du public pour amasser des fonds pour la victime immolée à Québec cette fin de semaine.

« Depuis cette fin de semaine, je sens que je dois faire quelque chose pour aider », a expliqué Tanya St-Arnauld, qui a été brûlée au 3e degré sur 20% de son corps il y a sept ans presque jour pour jour, au terme d’une chicane avec son copain de l’époque. 

Elle vient de créer une campagne de socio-financement pour amasser des fonds pour la femme qui a été brûlée vendredi en pleine rue du quartier Saint-Sauveur à Québec. 

Le conjoint de la jeune femme de 27 ans, Frej Haj Messaoud, a été accusé de tentative de meurtre et de voies de fait graves. 

Grandement ébranlée par ce drame, Tanya St-Arnauld confiait en entrevue mardi avec Le Journal vouloir aider cette jeune femme, qu’elle ne connait pas. 

« J’aimerais être là pour elle, si elle le désire. Si elle a besoin d’aide, j’embarque à 100% », avait-elle dit. 

« Cette jeune femme, mère de deux enfants, aura une longue convalescence et s’il est possible de lui offrir un petit répit durant cette terrible épreuve, cela pourrait changer le cours des événements à venir dans sa vie », a écrit Mme St-Arnauld sur la page Go Fund Me, intitulée « Redonnez l’espoir ». 

Elle a fixé un objectif de dons à 20 000$... pour le moment. 

« Évidemment, j’espère dépasser ce montant. Mais en attendant, avec 20 000 $, j’estime qu’elle pourrait se payer un peu de répit avec sa famille et se concentrer sur ses traitements », a dit hier Mme St-Arnauld au Journal. 

Et dès qu’elle aura amassé assez de fonds, la femme de 36 ans aimerait même remettre l’argent obtenu en mains propres à la victime de ce week-end. 

« En ce moment, je veux lui ouvrir la porte, lui donner de la visibilité, pour l’aider, elle et sa famille, au maximum », soutient-elle. 

Lors de son entrevue avec le Journal mardi, Mme St-Arnauld avait lancé un message d’espoir à la victime de Québec. La guérison sera longue et pénible, mais il y a de la lumière au bout du tunnel, avait-elle promis. 

Si Mme St-Arnauld a réussi à garder espoir après son drame, c’est en partie grâce à ses proches et sa famille qui l’ont soutenue. Mais aussi grâce à l’aide du public. 

« [À l’époque], ça me motivait de savoir que, sans même me connaître, les gens voulaient m’aider. Après ce que j’avais vécu, ça me redonnait confiance en la race humaine, a-t-elle dit. Les gens qui ont participé aux collectes de fonds, ils sont pleins d’amour, ils prenaient du temps pour moi. Je me sentais aimée. » 

Mme St-Arnauld dit qu’elle essaiera même de prendre contact avec certains professionnels de la santé qui l’ont aidé après son attaque. Son histoire avait notamment fait écho aux États-Unis, grâce au populaire animateur Anderson Cooper qui l’avait invitée sur son plateau pour lui annoncer qu’une clinique médicale américaine lui offrait des traitements de laser pour ses cicatrices.  


► Cliquez ici pour consulter la page du Go Fund me.