/sports/soccer/impact
Navigation

Di Tullio rentre à la maison

L’ancien défenseur et instructeur de 35 ans dirigera l’équipe U17 de l’Académie

Impact
Photo d'archives, Martin Chevalier Jason Di Tullio (à gauche) a déjà été un adjoint à l’ex-entraîneur-chef de l’Impact Mauro Biello. Les deux hommes ont été photographiés lors d’un entraînement au Centre Nutrilait le 28 février 2016.

Coup d'oeil sur cet article

CALGARY | Pendant que des joueurs partent, un ancien entraîneur revient dans le giron de l’Impact puisque Jason Di Tullio a été embauché pour diriger la formation des moins de 17 ans de l’Académie.

C’est un retour au bercail pour Di Tullio qui a porté les couleurs de l’Impact, qui a dirigé à l’Académie et qui a été l’adjoint de Mauro Biello en MLS de la fin de 2015 jusqu’au congédiement de l’ensemble du groupe, au terme de la saison 2017.

« C’est un retour à la maison, je suis très fier qu’ils m’aient considéré, a-t-il confié lors d’un entretien téléphonique. J’ai vécu beaucoup d’émotions dans les 48 dernières heures. »

Di Tullio, qui était directeur technique de l’Association régionale de soccer de Lanaudière depuis un an, a également œuvré comme adjoint de Biello chez Soccer Canada.

Une Surprise

C’est finalement un beau concours de circonstances qui a mis le Montréalais de 35 ans sur le chemin de son ancienne équipe.

« J’étais au Centre Nutrilait pour une période de 10 jours avec les U17, équipe nationale. Une journée, j’ai reçu un appel me demandant si j’étais intéressé à revenir. »

Tout est allé assez vite par la suite et il a rencontré tout le monde, du directeur de l’Académie, Philippe Eullaffroy, au directeur administratif des opérations soccer, Patrick Leduc, en passant par le président du club, Kevin Gilmore.

« J’avais eu des discussions avec d’autres équipes professionnelles. Tout est une question de timing, il n’y avait rien de sérieux », a précisé Di Tullio.

On peut se douter qu’il n’aura pas besoin de trop de temps pour retrouver ses aises au Centre Nutrilait.

« Il y aura peut-être une petite période d’adaptation, mais je connais Phil et je sais qu’il veut toujours améliorer le programme. »

Di Tullio ne sera pas en terrain inconnu puisqu’il a déjà dirigé l’équipe U16 en 2001 et en 2012, de même que les U18 de 2013 à 2015.

« C’est un peu comme si je n’étais jamais parti, je connais tout le monde et les installations. J’ai hâte de travailler avec des jeunes que je ne connaissais pas. »

Chez les professionnels

Au moment de discuter avec Le Journal, Di Tullio n’avait pas encore rencontré ses joueurs, mais il entendait leur faire profiter de sa grande expérience comme athlète et entraîneur.

« Je veux leur passer le message que j’ai joué et j’ai entraîné chez les professionnels. Ce n’est pas un monde facile et pour réussir, il faut être prêt mentalement et émotionnellement.

« Ce que j’ai appris, c’est qu’il faut être exigeant et travailler fort tous les jours. Les trois prochaines années sont les plus importantes pour eux parce que c’est là qu’ils vont être jugés. »

Par la Grande porte

On pourrait avoir l’impression que Di Tullio revient un peu par la porte d’en arrière en faisant un retour à l’Académie après avoir été adjoint au sein de la première équipe, mais ce n’est pas du tout de cette façon qu’il aborde les choses.

« J’ai toujours voulu revenir dans un environnement pro et l’Académie, c’est une bonne place pour revenir et c’est une bonne place pour montrer au club ce que je peux faire. »

Même s’il a eu besoin de temps pour digérer son licenciement, il n’en a pas gardé d’amertume.

« Quand tu te fais mettre dehors, c’est toujours difficile et comme je faisais partie de la famille, c’est comme si je perdais un membre de ma famille.

« Avec le temps, on voit que c’est une opportunité dont il faut profiter et je suis toujours resté un fan de l’Impact. Je sens que je suis un meilleur entraîneur maintenant avec mon expérience comme directeur technique. »


► Par ailleurs, le premier capitaine de l’Impact dans la MLS, Davy Arnaud, a été nommé mercredi entraîneur-chef par intérim du Dynamo de Houston après le congédiement de Wilmer Cabrera.