/opinion/columnists
Navigation

Le patronat rit de nous

Le patronat rit de nous
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Dans le débat sur les seuils d’immigration, le patronat vient de se faire entendre. Sa position est claire : pour lui, le Québec devrait recevoir encore plus d’immigrés. Il en veut 60 000 par année. La prospérité québécoise en dépendrait. L’immigration massive répondrait notamment à ce que certains appellent la pénurie de main-d’œuvre.

Mais nous sommes ici en pleine propagande. Pour sortir du brouillard idéologique, il faut se tourner vers deux ouvrages essentiels parus ces dernières années qui nous permettent de jeter un regard lucide sur l’immigration massive.

Livres

Premier ouvrage : Le remède imaginaire, de Benoît Dubreuil et Guillaume Marois, paru en 2011 aux éditions Boréal, mais dont l’analyse demeure toujours aussi pertinente. Les deux auteurs se penchent sur un mythe : celui de la nécessité économique et démographique d’une forte immigration. L’immigration est-elle nécessaire à la croissance économique et permettra-t-elle de rajeunir la population ? Après avoir compilé les études sur la question, les auteurs en arrivent à une double conclusion : non et non.

Dubreuil et Marois ne veulent évidemment pas fermer les frontières. Mais ils expliquent de manière convaincante que l’immigration ne nous rendra pas plus riches et ne résoudra pas nos problèmes démographiques. Pour reprendre le titre, nous serions devant un remède imaginaire.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Deuxième ouvrage : Disparaître ? de Jacques Houle, paru au printemps 2019, aux éditions Liber. Dans cet ouvrage bien écrit, bien pensé et bien documenté, l’auteur déconstruit les idées fausses entourant le débat sur l’immigration. Il montre notamment à quel point le discours sur la « pénurie de main-d’œuvre » repose sur un mélange d’illusions et de mensonges. En fait, nous dit Houle, le patronat est à la recherche d’une main-d’œuvre à bon marché. Cette paresse du patronat handicapera à terme notre économie.

Mais surtout, Houle va plus loin et montre comment les seuils d’immigration actuels dépassent largement nos capacités d’intégration et compromettent le statut de la majorité historique francophone au Québec.

Il propose de plafonner nos seuils d’immigration à 30 000 par année.

De manière étonnante, Radio-Canada n’a pas invité Jacques Houle à parler de son livre. Le diffuseur public manquait probablement de temps dans ses émissions pour s’ouvrir aux idées de l’auteur. Y a-t-il des idées interdites dans le débat public ? Des points de vue qu’il ne faudrait pas faire entendre ? Ne faudrait-il pas entendre quelques voix discordantes devant le consensus immigrationniste artificiel de nos élites ?

Réduction

Ce qu’on n’ose dire, en fait, c’est que l’immigration massive a une dimension politique. Elle sert les intérêts du Parti libéral, qui mise sur elle pour multiplier son électorat. Elle sert le Canada, qui veut en faire un verrou sur l’avenir politique du Québec.

La gauche radicale, ici, est la meilleure alliée du patronat et accuse de racisme ou de repli identitaire tous ceux qui veulent ramener à la baisse les seuils d’immigration. Les deux rêvent d’un monde sans frontières.

Le Québec peut accueillir des immigrés, naturellement, mais dans les limites de ses capacités d’intégration. Le patronat, ici, se fiche complètement de nos intérêts nationaux. Mais qui en sera vraiment surpris ?