/opinion/columnists
Navigation

Le PLQ ou le nationalisme de façade

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi au PLQ, on veut se draper du « nationalisme » pour renouer avec le vote francophone.

Plusieurs libéraux s’en seraient réjouis si au moins c’était vrai, me disait un grand ténor du PLQ qui, comme plusieurs, soit a pris ses distances soit est rendu ailleurs.

Revenir aux valeurs libérales

Car le PLQ a déjà été dirigé par des chefs nationalistes, dont la première loyauté allait au Québec.

Ils comprenaient que la spécificité de cette nation francophone d’Amérique commandait que l’on protège sa langue, sa culture et son identité en gardant un équilibre entre les droits collectifs et les droits individuels.

Or, en se déconnectant de la majorité francophone et en tournant le dos à ses sensibilités, le PLQ s’est lui-même marginalisé. La débâcle du 1er octobre était prévisible.

Pour renouer avec la fibre nationaliste, il faut, comme l’a dit le président de la Commission Jeunesse, Stéphane Stril, « un Jean Lesage qui va pouvoir trouver un projet rassembleur pour le Québec » (le 27 mai 2019).

En effet, il ne suffit pas, pour exorciser son échec électoral et regagner la confiance des francophones, de s’autoproclamer « nationaliste ». Il faut l’être vraiment et cela s’incarne dans un leadership crédible, authentiquement nationaliste.

Il faut aussi rompre avec le clientélisme qui fait dire la chose et son contraire, selon les groupes auxquels on s’adresse.

Ainsi, pour fidéliser le vote anglophone, en prévision de l’élection du 1er octobre 2018, le PLQ avait adopté, le 25 novembre 2017, lors de son 33e Congrès des membres, une résolution exigeant du gouvernement libéral « d’évaluer, lors de l’élaboration de tout nouveau projet de loi ou règlement, l’impact de ceux-ci sur les citoyens d’expression anglaise et d’inclure à tout nouveau projet de loi, règlement ou politique des dispositions qui les concernent », du jamais vu dans l’histoire parlementaire du Québec.

Défendre les intérêts du Québec

Aujourd’hui, le PLQ jette son dévolu sur les francophones en se drapant de « la fibre nationaliste ». Or, il suffit de rappeler l’exemple du premier ministre Robert Bourassa.

Il a porté fièrement son identité québécoise, l’a défendu sur toutes les tribunes, et s’est toujours fait un point d’honneur de parler français, au Québec, au Canada et à l’international.

En 1974, il a eu le courage de faire adopter la loi 22, faisant du français la langue officielle au Québec malgré les violentes contestations des anglophones et des italophones.

En 1988, il n’a pas hésité à recourir à la clause dérogatoire pour maintenir la préséance du français dans l’affichage commercial, alors que la Cour suprême venait d’invalider des dispositions de la loi 101.

Et que dire de la société distincte qu’il a défendue, avec panache, face au reste du Canada ? Qui est le libéral, aujourd’hui, qui est capable d’en faire autant ?

Est-il nécessaire de rappeler que le PLQ s’est coulé les pieds dans le ciment avec sa position sur la laïcité ? Une position qui trahit son propre héritage libéral.

Il n’est pas crédible quand il prétend se draper d’un nationalisme de façade et ne regagnera la confiance de la majorité francophone que lorsqu’il redeviendra le parti de tous les Québécois et défendra les intérêts supérieurs du Québec.