/news/green
Navigation

L’eau embouteillée bannie au cégep de Sainte-Foy

Les étudiants devront traîner leur gourde ou leur tasse

Coup d'oeil sur cet article

Après l’Université Laval, c’est au tour du Cégep de Sainte-Foy de bannir complètement la vente d’eau embouteillée sur son campus, à partir de la semaine prochaine.

Dès le début des cours lundi, les étudiants devront traîner leur gourde ou leur tasse pour s’hydrater. La majorité des points d’eau ont été adaptés pour permettre de remplir facilement les contenants réutilisables, indique la conseillère en communication du cégep, Geneviève Bastien.

«On fait des campagnes de sensibili­sation pour inciter les gens à se procurer des gourdes ou à amener celles qu’ils ont à la maison», ajoute-t-elle.

Le Cégep de Sainte-Foy est le premier établissement collégial de la région de Québec à bannir complètement la vente d’eau embouteillée.

Annoncée en 2017, cette interdiction avait d’abord été annoncée pour le début 2019.

Cette pratique est toutefois déjà en vigueur dans d’autres collèges de la province, comme au Collège Ahuntsic à Montréal, où l’interdiction est en vigueur depuis 2012.

Même scénario à l’Université Laval

À Québec, l’Université Laval a aussi annoncé ce printemps la disparition des bouteilles d’eau en plastique sur son campus.

Cette mesure entre officiellement en vigueur à la rentrée, le 1er septembre, mais il s’agit d’une date «symbolique» puisqu’en réalité, les bouteilles d’eau ont disparu des tablettes depuis déjà «quelques mois», indique la porte-parole de l’Université Laval, Andrée-Anne Stewart.

«L’interdiction a été annoncée après qu’on a fait le tour de tous nos partenaires alimentaires, tout le monde avait déjà retiré leurs bouteilles sur une base volontaire», explique-t-elle.

À l’Université Laval, une étude sera réalisée cet automne pour en savoir davantage sur les impacts de cette interdiction.

L’objectif est de savoir si cette mesure amène une réelle diminution des ventes de bouteilles en plastique sur le campus ou si les étudiants et employés se tournent plutôt vers les bouteilles de jus ou de boissons gazeuses pour étancher leur soif.

L’administration veut aussi étudier la possibilité de retirer des tablettes d’autres types de bouteilles en plastique pour les remplacer par des fontaines de jus, par exemple, indique Mme Stewart.