/news/politics
Navigation

Minuit moins une pour Capitales Médias

Le gouvernement Legault songe à laisser couler Martin Cauchon, mais pas ses journaux régionaux

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault songe à laisser couler Groupe Capitales Médias et son propriétaire, Martin Cauchon, aux prises avec d’importantes difficultés financières, mais pas ses journaux, dont certains pourraient passer aux mains de Québecor.  

L’édifice du quotidien <i>Le Soleil</i>, à Québec.
Photo Jean-Francois Desgagnés
L’édifice du quotidien Le Soleil, à Québec.

Déjà, au printemps dernier, notre Bureau d’enquête avait révélé que Groupe Capitales Médias, qui possède Le Soleil et cinq autres quotidiens en région, risquait d’être à court de liquidités d’ici la fin de l’été .    

L’entreprise serait à ce point en manque de liquidités qu’elle aurait du mal à régler la paye actuelle à ses employés, a confié une source bien au fait du dossier à notre Bureau parlementaire. 

Durant les dernières semaines, l’ex-ministre libéral Martin Cauchon, à qui la famille Desmarais (Gesca) a cédé ses six journaux régionaux en 2015, a approché certains groupes d’investisseurs et cogné à la porte des gouvernements, mais sans succès.      

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Urgence 

Interrogé à son arrivée au Conseil des ministres, le premier ministre François Legault a confirmé que son gouvernement a « eu des discussions au cours des derniers jours concernant la situation de Capitales Médias ». 

« Il y a une urgence qui est plus à court terme », a dit le premier ministre à propos du groupe dirigé par M. Cauchon.  

Devant la presse parlementaire, M. Legault s’est dit « ouvert » à ce qu’il y ait « une période, disons d’abord d’ajustement », au bénéfice des journaux du Groupe Capitales Médias, jusqu’à ce que son gouvernement dépose un programme d’aide pour l’ensemble des médias, dans « quelques mois ». 

« C’est primordial de protéger l’information, surtout dans les régions », a insisté M. Legault. 

  • Le journaliste Alain Laforest était à l’émission Le 6 à 9 de Caroline et Maka sur QUB radio

Québecor sur les rangs 

L’un des scénarios envisagés par son gouvernement serait de laisser Capitales Médias recourir à la Loi sur les arrangements avec les créanciers. À titre de créancier, Québec, à qui Capitales Médias devait rembourser un prêt de 10 M$ d’ici la fin de l’année, veillerait alors à ce que les quotidiens régionaux continuent d’être publiés. 

De son côté Québecor, propriétaire, entre autres, de TVA, du Journal de Québec et du Journal de Montréal, s’intéresse au groupe. 

« Québecor confirme avoir été approchée pour participer à une opération de sauvetage des quotidiens régionaux de Groupe Capitales Médias. Croyant en l’importance de l’information locale et régionale, l’entreprise travaillera de concert avec les parties prenantes afin de trouver des solutions dans le but d’en assurer sa pérennité », a déclaré la directrice des communications de Québecor, Marie-Josée Duhamel. 

Interpellée en début de journée, la ministre Nathalie Roy a martelé « qu’il n’est pas question de garrocher de l’argent de façon catastrophique, en urgence, pour sauver un média. Nous voulons une solution globale, pérenne, intelligente pour protéger le droit à l’information. [...] Ce qui nous intéresse, c’est le droit à l’information. Les postes de journalistes partout en région ». 

— Avec Alain Laforest, TVA Nouvelles  

Six journaux     

Mars 2015 : Gesca, une filiale de la Power Corporation du Canada (famille Desmarais), décide de vendre ses six journaux régionaux :   

  • Le Soleil (Québec) 
  • Le Nouvelliste (Trois-Rivières) 
  • La Voix de l’Est (Granby) 
  • Le Quotidien (Saguenay) 
  • La Tribune (Sherbrooke) 
  • Le Droit (Gatineau)  

Les quotidiens deviennent alors la propriété de Groupe Capitales Médias, une nouvelle société dirigée par l’ancien ministre libéral Martin Cauchon. 

Décembre 2017 : Le gouvernement Couillard vient à la rescousse du Groupe Capitales Médias avec un prêt de 10 M$, par l’intermédiaire d’Investissement Québec.