/investigations
Navigation

Les enquêteurs vont rester au centre commercial

Coup d'oeil sur cet article

Des enquêteurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) resteront encore au moins un an à la Place Versailles, un endroit jugé non sécuritaire par le vérificateur général de la Ville... en 2012.

Montréal vient tout juste de se doter d’un centre « multifonctionnel » au coût de plus de 30 M$, notamment pour héberger ses enquêteurs. Mais cela devra attendre encore un peu, en raison d’un manque d’espace.

« Malgré ce qui avait été convenu, une unité du SPVM ne pourra pas être relocalisée », révèlent des documents de la Ville de Montréal.

Le comité exécutif doit approuver aujourd’hui une prolongation de bail d’un an, d’une valeur de 33 000 $, avec la Place Versailles.

Trente employés de plus

L’ajout « d’une trentaine de personnes au total » aura suffi à créer un « manque d’espaces de travail » dans les tout nouveaux locaux de la police.

Ainsi, la Place Versailles, déjà qualifiée de « vulnérable » par la Ville de Montréal et de « propice aux fuites » par un haut gradé du SPVM, continuera d’héberger le Service des enquêtes criminelles.

Or, c’est exactement ce service, qui gère énormément d’informations sensibles, que le vérificateur général avait recommandé de déménager il y a sept ans. Le ministère de la Sécurité publique a aussi émis un avis similaire.

Ce sont ces deux avis qui avaient incité la Ville de Montréal à acquérir un nouvel édifice, situé sur d’anciens terrains de la pétrolière Shell à Montréal-Est.

L’achat du bâtiment, en 2014, a coûté 8,3 M$. Puis, les coûts de rénovation n’ont cessé de monter. D’abord estimés à 11,5 M$ en 2014, ils étaient rendus à 23 M$ en mars.

Selon le Service de police, l’ajout d’un an au bail avec le centre commercial permettra de relocaliser le Service des enquêtes criminelles « au sein d’un autre immeuble déjà occupé par le SPVM ».