/opinion/columnists
Navigation

Mad Max en culottes courtes

Coup d'oeil sur cet article

Vous planifiez passer quelques jours à Montréal au cours des prochaines semaines ?

Portez un casque, des jambières et des protecteurs pour les genoux et les coudes.

Car les trottinettes électriques sont arrivées.

UN FLÉAU

Eh oui, on n’a pas assez des autos, des motos, des autobus, des scooters, des vespas, des camions, des vélos, des unicycles, des triporteurs, des planches, des patins à roulettes, des poussettes, des Segway, des véhicules récréatifs, des remorques, des semi-remorques, des déneigeuses, des 18 roues et des fauteuils roulants...

On va maintenant devoir composer avec les trottinettes électriques.

Cet été, j’ai passé trois semaines à Paris.

Là-bas, les trottinettes électriques constituent un véritable fléau. On ne compte plus le nombre d’accidents, avec blessés et même des morts.

Tous les chauffeurs de taxi avec qui j’ai conversé pestaient contre ces engins.

Et les voici à Montréal ?

La ville la plus cowboy au monde ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Car, oui, il faut l’avouer, rayon transport, Montréal est une ville hyper délinquante.

Tu montes dans ton auto ? Tu es le roi du monde.

Tu enfourches ton vélo ? Tu es le roi du monde.

Tu marches dans la rue ? Tu es le roi du monde.

Ce n’est pas pour rien qu’on interdit le virage à droite sur feu rouge à Montréal.

Les automobilistes mont­réalais se foutent des cyclistes qui se foutent des piétons qui se foutent des automo­bilistes...

Chacun n’en fait qu’à sa tête.

Sans oublier les cônes orange et les indications surréalistes qui pointent dans toutes les directions.

LE ROI DE LA ROUTE

Tiens, l’autre jour, alors que je conduisais ma Nissan dans une rue étroite, j’ai vu un cycliste qui roulait... à côté de la piste cyclable !

« Hey, pourquoi tu n’empruntes pas la piste cyclable ? lui ai-je demandé poliment.

– On n’est pas obligé, m’a-t-il répondu, super bête. Ce n’est pas parce qu’il y a une piste cyclable que je suis obligé de la prendre. Les automobilistes ont juste à s’habituer à partager la route ! »

Bref, les autos ne peuvent pas rouler sur les pistes cyclables. Mais les vélos, eux, peuvent rouler sur la rue entre les autos, même si on a aménagé une piste cyclable juste pour eux !

Donc, si je comprends bien, « partager », pour les cyclistes­­­, ça veut dire : « Ce qui est à moi est à moi et ce qui est à toi est à moi. »

Ben coudonc.

Je vais essayer ça la prochaine fois que je vais manger avec ma blonde au resto.

« Tu me donnes une partie de ton plat, mais tu ne touches pas au mien ! »

COURIR APRÈS LE TROUBLE

Voici ma prédiction.

Ça va prendre une semaine max pour qu’on ait notre premier accident de trottinette.

On est bizarre, ici.

On voit l’Australie avoir toutes sortes de problèmes avec le système de paie Phénix­­­ ?

On l’achète !

La Suisse se débarrasse de la réforme scolaire ?

On l’adopte !

Arthur Porter fout un mégahôpital de Detroit en faillite ?

On lui demande de diriger le CUSM !

Les trottinettes électriques foutent le bordel à Paris ?

On les importe !

Faut croire qu’on aime le trouble...